C’est à 95% que les quelque 280 membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses de A. Lassonde des usines de Rougemont ont accepté l’entente de principe conclue avec leur employeur, laquelle leur a été présentée au cours de trois assemblées générales tenues mercredi et jeudi.
C’est à 95% que les quelque 280 membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses de A. Lassonde des usines de Rougemont ont accepté l’entente de principe conclue avec leur employeur, laquelle leur a été présentée au cours de trois assemblées générales tenues mercredi et jeudi.

Une entente de principe acceptée chez Lassonde

C’est à 95% que les quelque 280 membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses de A. Lassonde des usines de Rougemont ont accepté l’entente de principe conclue avec leur employeur, laquelle leur a été présentée au cours de trois assemblées générales tenues mercredi et jeudi.

La décision de tenir le vote en trois groupes a été prise afin de respecter une saine distance physique entre les syndiqués tout en permettant à ceux-ci de se présenter à la plage horaire qui cadrait le mieux avec leur quart de travail.


« Malgré un contexte économique difficile, nous avons obtenu des gains significatifs au niveau des conditions de travail pour l’ensemble des membres sans subir de reculs. Nous en sommes très fiers »
Christian Lussier, président du syndicat

Échue depuis le 30 avril dernier, la convention collective de ces travailleurs accrédités à la Fédération du commerce (FC) - CSN vient d’être bonifiée. Une quarantaine de postes permanents viennent d’être créés et les employés toucheront des hausses salariales allant de 2,25% à 2,75%, en plus de différents bonus et des libérations syndicales payées par l’employeur.

Ce nouveau contrat de travail est déjà en vigueur, et ce, pour une période de quatre ans. Le président du syndicat, Christian Lussier (à gauche), a d’ailleurs partagé sa joie d’avoir pu négocier rapidement, et ce, en contexte de pandémie et d’incertitude économique.

«Nous avons obtenu des gains significatifs»

Ce nouveau contrat de travail est déjà en vigueur, et ce, pour une période de quatre ans. Le président du syndicat, Christian Lussier, a d’ailleurs partagé sa joie d’avoir pu négocier rapidement, et ce, en contexte de pandémie et d’incertitude économique.

«Nous sommes très heureux d’avoir conclu un nouveau contrat de travail avec un vote fortement majoritaire. Malgré un contexte économique difficile, nous avons obtenu des gains significatifs au niveau des conditions de travail pour l’ensemble des membres sans subir de reculs. Nous en sommes très fiers», a-t-il déclaré.

«Ce contrat de travail a été conclu rapidement, malgré la crise sanitaire, a renchéri le président de la FC-CSN, David Bergeron-Cyr. La justesse de nos revendications a également permis d’en arriver à un processus où toutes les parties en sortent gagnantes. »