Les policiers ont arrêté une employée de Walmart, à Granby, qui est soupçonnée d’avoir volé son employeur plus de 5000$ de biens, qu’elle aurait ensuite vendus.

Une employée de Walmart arrêtée pour vol et recel

Une employée du magasin Walmart de Granby a été arrêtée lundi pour avoir volé et revendu divers articles, et ce, depuis 2015. Le cumul des vols atteindrait plusieurs milliers de dollars.

Lorraine Vincent, âgée de 64 ans, comptait 45 ans d’ancienneté au sein de l’entreprise, selon nos informations. Un employé du magasin à grande surface, qui tenait à garder l’anonymat de crainte de perdre son emploi, rapporte que son ancienne collègue sortait régulièrement des objets de l’entrepôt du magasin avec l’intention de les revendre. La valeur des biens dérobés totaliserait plus de 200 000 $. L’information n’a pu être corroborée par Walmart, qui s’est abstenue de commenter la situation étant donné qu’une enquête policière est présentement en cours.

« Elle volait assidument, depuis plusieurs années, souligne notre source. Elle nous a tellement volés que nos bonus de fin d’année ont été touchés. »

La Granbyenne se serait particulièrement intéressée à l’électronique, mais elle aurait choisi une diversité de marchandises au fil des ans.

« On ne connait pas sa manière d’agir. On ne sait pas si elle s’était arrangée avec des gars de livraison. Il fallait qu’elle sorte ça par l’arrière [du magasin]. Elle avait des complices, croit l’employé de Walmart, qui a été mis aux faits, comme plusieurs collègues, par une gérante. Tout le monde parle juste de ça maintenant. »

Guy Rousseau, porte-parole du Service de police de Granby

Caméras cachées
Au bout d’un moment, l’employeur a eu des soupçons. Il a fait installer des caméras à l’insu du personnel. C’est ainsi que la direction a pu étoffer un épais dossier contre Mme Vincent.

« Elle avait les clés de partout, de tous les entrepôts. Elle pouvait se procurer n’importe quoi, n’importe où, reprend notre source. Elle allait dans l’entrepôt parce qu’il y a des caméras partout sur le plancher. Elle ne savait pas qu’il y en avait quatre ou cinq ailleurs. »

Guy Rousseau, porte-parole du Service de police de Granby, indique qu’un dossier a été ouvert le 5 juin dernier. « Il y a eu une plainte de Walmart à l’effet qu’il y avait du vol à l’interne par une employée. La dame a été arrêtée le jour même par les policiers. La preuve recueillie par les policiers nous permet d’établir qu’elle aurait volé des objets du magasin pour une valeur de plus de 5000 $ depuis mars 2015. »

Mme Vincent fait face à des accusations de vol et de recel de marchandises dépassant 5000 $. Elle a été remise en liberté sous conditions et doit revenir devant la cour en septembre.

Les actes reprochés s’échelonnent du 1er juin 2015 au 4 juin 2018. Elle n’avait pas d’antécédents judiciaires et s’expose à une peine de prison maximale de 14 ans. Selon les documents disponibles au palais de justice, Mme Vincent n’a pas encore retenu les services d’un avocat. Me Claudie Marmet, du ministère public, représente la poursuite.

Avec la collaboration de Pascal Faucher