Ce service a été pensé pour les élèves du centre de la Montérégie qui, par choix ou non, font l’école à la maison depuis la mi-mars.
Ce service a été pensé pour les élèves du centre de la Montérégie qui, par choix ou non, font l’école à la maison depuis la mi-mars.

Une école primaire virtuelle pour maintenir l’intérêt des élèves

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Pour contrer l’essoufflement inhérent à cette fin d’année bien particulière, la commission scolaire des Hautes-Rivières a mis sur pied une école primaire virtuelle centralisée qu’elle présente comme la première au Québec.

«On regroupe nos forces pour répondre à des besoins différents», explique la directrice générale Dominique Lachapelle.

Bien qu’ouvert à tous les élèves de cette commission scolaire du centre de la Montérégie, ce service a été pensé pour les élèves qui, par choix ou non, font l’école à la maison depuis la mi-mars.

À des Hautes-Rivières, les écoles primaires de Richelieu et de Saint-Mathias-sur-Richelieu font notamment partie de la «zone chaude» métropolitaine et n’ont donc pas rouvert leurs portes.

Motivation

Comme pour tous ceux qui apprennent de chez eux depuis maintenant presque trois mois, une baisse de motivation se fait sentir, dit Mme Lachapelle. La DG reconnaît également que les services d’enseignement à distance «varient d’une école à l’autre».

Désormais, ses élèves du primaire ont tous accès à des cours en direct planifiés pour tous les niveaux, via l’application Teams, ainsi qu’à des capsules préenregistrées, à l’image de ce qui se fait présentement dans les écoles secondaires.

«C’est moins facile pour la maternelle, mais il y a de belles petites choses qui se font», dit-elle.

Pour les autres niveaux, quelques travaux seront demandés «mais c’est léger et ils les feront avec une certaine autonomie». Les classes dureront jusqu’à la fin de la présente année scolaire, soit le 19 juin.

«On regroupe nos forces pour répondre à des besoins différents», dit la directrice générale de la commission scolaire des Hautes-Rivières, Dominique Lachapelle.

Simplification

Déjà 968 élèves, divisés en 70 groupes, se sont inscrits depuis le début de cette initiative démarrée le 1er juin et à laquelle participent 27 enseignants, 8 gestionnaires, 10 conseillers pédagogiques et trois membres du personnel de soutien.

«C’est un magnifique projet qui simplifie les choses pour les parents et les élèves», dit Mme Lachapelle, qui qualifie cette école de «voie d’avenir». «C’est très bien reçu des parents et ça donne un boost

Le DG des Hautes-Rivières en profite pour louanger son personnel qui fait preuve de «beaucoup de créativité».

Les élèves peuvent toujours s’inscrire en communiquant avec la commission scolaire des Hautes-Rivières. L’organisme est aussi à la recherche de «techno-pédagogues inspirés» intéressés à joindre les rangs de cette nouvelle école virtuelle. Cette offre s’adresse à tous les enseignants du Québec.

Les bases de cette initiative seront conservées en prévention d’une éventuelle deuxième vague ou si tous les écoliers ne peuvent accéder physiquement à leur école en septembre, dit Mme Lachapelle. Une version pour les écoles secondaires est aussi considérée.