Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Plus de 200 bancs du Palace à Granby auront droit à une deuxième vie dans la salle de spectacles de l'école secondaire du Verbe Divin.
Plus de 200 bancs du Palace à Granby auront droit à une deuxième vie dans la salle de spectacles de l'école secondaire du Verbe Divin.

Une deuxième vie pour des bancs du Palace

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Plus de 200 bancs du Palace à Granby auront droit à une deuxième vie dans la salle de spectacles du Verbe Divin. L’école secondaire a fait l’acquisition d’un lot de sièges afin de compléter les travaux de rénovation de son auditorium, baptisé «La salle rouge».

Les bancs convoités par le Verbe Divin sont situés au balcon du Palace et sont, par conséquent, beaucoup moins endommagés que ceux du parterre, a fait valoir mercredi le directeur général de l’établissement d’enseignement à Granby, Jean Striganuk.

Ils remplaceront les bancs en bois de La salle rouge. «Le confort va être supérieur. Ça va de soi. Et je pense que les bancs qu’on récupère du balcon vont pouvoir faire un bon nombre d’années encore», lance M. Striganuk.

Les élus de Granby ont accepté, lors de la récente séance du conseil municipal, l’offre d’achat de 5000 $ pour 240 bancs déposée par le Verbe Divin. L’équipe de l’école verra à les démonter et à les transporter le moment venu.

«Pour nous, c’est presque une contribution volontaire, dit Jean Striganuk. Les bancs neufs sont extrêmement dispendieux.»

Ce sont aussi des rénovations importantes, mais à plus petite échelle, que le Verbe Divin a entrepris dans sa salle de spectacles, aménagée il y a environ 10 ans, explique Jean Striganuk.

N’eût été cette offre, les bancs auraient néanmoins pris, comme les autres, le chemin de l’écocentre, alors que la salle de spectacles granbyenne fera l’objet d’un important projet de rénovation cette année, a relevé mardi soir le maire suppléant, Stéphane Giard.

Le chantier, qui entraîne des coûts de 9 millions $ et s’étirera sur plus d’un an, devait commencer en juin, mais le début des travaux a été repoussé en septembre, souligne le directeur du bureau de projets de la Ville, Daniel Surprenant.

Rénovations importantes

Ce sont aussi des rénovations importantes, mais à plus petite échelle, que le Verbe Divin a entreprises dans sa salle de spectacles, aménagée il y a environ 10 ans dans un ancien gymnase, explique Jean Striganuk.

Selon lui, la direction a en fait décidé de profiter du fait qu’il n’est pas possible d’y présenter des spectacles, en raison de la pandémie, pour lancer ces travaux de mise à niveau.

L’école secondaire du Verbe Divin a décidé de profiter de la pandémie, et du temps d’arrêt imposé à la présentation des spectacles, pour revamper son auditorium. Au terme des travaux, l’endroit n’aura plus cette allure.

Un plancher à pallier sera aménagé dans l’opération pour permettre une meilleure visibilité à tous. L’acoustique sera améliorée et la capacité d’accueil revue à la hausse, soit de 240 à 280 places assises. L’endroit, qui a notamment accueilli des performances de Tocadéo, Lisa LeBlanc, Martin Larocque, Vanessa Borduas ou bien Martin Gougeon et son théâtre jeunesse, sera aussi éventuellement climatisé, détaille le directeur général.

«Le but est de rendre la salle plus accessible et plus intéressante pour les artistes et pour les spectateurs qui viendront voir des spectacles ici», fait valoir M. Striganuk.

Ce dernier affirme que les bancs du Palace devraient être récupérés vers la mi-septembre. L’ensemble du projet devrait être complété au début octobre. Un jour, La salle rouge pourra de nouveau accueillir les représentations, assure le directeur. «Et on sera prêts», dit-il.

La facture des travaux réalisés dans la salle du Verbe Divin n’est pas détaillée. «Les coûts du bois ont augmenté beaucoup, donc ça nous coûte un peu plus cher. Mais l’investissement n’est pas si important. On réussit à faire des miracles», lance Jean Striganuk.