Le député libéral sortant Pierre Breton s’est livré à un bilan touchant et émotif de son travail des quatre dernières années dans la circonscription de Shefford.

Une défaite éprouvante pour Pierre Breton

Deux jours après sa défaite aux élections fédérales, le député libéral sortant dans Shefford, Pierre Breton s’est livré à une dernière rencontre avec les médias mercredi après-midi, dans son ancien bureau de circonscription sur la rue Principale, où seules quelques photographies de famille étaient restées accrochées aux murs.

Pierre Breton a d’abord remercié les médias, les citoyens et son équipe, puis a effectué un bref retour sur les quatre années de son mandat.

« C’était pour moi un grand privilège d’être député », indique-t-il, visiblement très ému.

« Je suis abasourdi de voir les milliers de commentaires et messages que j’ai reçus. De voir autant de tristesse et de reconnaissance, ça fait chaud au cœur. »

À LIRE AUSSI : Pascal Bonin «ébranlé» par la défaite de Pierre Breton


Rappelons que Pierre Breton avait été élu comme député le 19 octobre 2015, avec 39 % des votes et une avance de 9012 voix.

À fleur de peau

Lorsqu’on demande au père de trois enfants de quoi il est le plus fier, des quatre ans de son mandat, il répond que « c’est de toujours avoir été présent et rassembleur ».

« La politique, c’est une passion pour moi. J’y ai donné tout mon cœur », mentionne-t-il la voix tremblante d’émotions et les yeux rougis par quelques larmes.

Pour l’ex-député, chaque jour était exaltant ; Breton rejoignait son équipe dans l’optique de vouloir bien servir chaque citoyen, organisation, organisme et entreprise de sa circonscription.

Malgré le goût amer de sa défaite, Pierre Breton se rappelle combien il était fier d’appeler une directrice d’organisme, par exemple, pour lui annoncer qu’il avait réussi à avoir un 3000 $ pour elle.

« D’avoir pu expliquer tous les programmes possibles pour les organisations qui n’en avaient aucune idée, c’était extraordinaire. D’arriver avec mon cartable de programmes et de dire à une directrice communautaire : ‘‘vous savez, vous avez droit à ça. Je vais vous aider à l’obtenir’’ », image-t-il.

À LIRE AUSSI : Bilan de Pierre Breton: «On a réussi un tour de force»


Une immense joie l’a aussi habité lorsqu’il est allé chercher 10 millions du fédéral pour le nouveau centre aquatique de Granby, 1 million pour la Société Alzheimer de Granby et région, ou 2000 $ pour la porte de Mouvement Action Handicapés de Granby, « car les personnes handicapées ne pouvaient pas l’ouvrir ».

Bref, autant d’actions, de soutien financier et d’actes de présence qui lui font dire aujourd’hui « mission accomplie ».

Par ailleurs, Pierre Breton admet qu’il est particulièrement fier du dossier du nouveau centre aquatique de Granby, au coût d’environ 33 millions $, un projet qui lui tenait déjà à cœur lorsqu’il était conseiller municipal pour la Ville de Granby.

« J’avais fait la promesse à mes citoyens. C’est pas seulement une piscine de ville, c’est une piscine régionale. C’est un dossier que j’ai livré avec beaucoup de satisfaction ».

L’avenir

Et maintenant, qu’adviendra-t-il de Pierre Breton à la suite de sa défaite? « Je n’avais pas de plan B! », admet-il. Il assure néanmoins qu’il veut d’abord et avant tout s’assurer que les citoyens ne soient pas pénalisés de quelque façon que ce soit dans la transition des dossiers avec la nouvelle députée bloquiste Andréanne Larouche.

« Ce qui est important pour moi à court terme, c’est de m’assurer de faire une belle transition entre maintenant et [l’entrée en poste] de Mme Larouche, que ça se fasse professionnellement et en douceur. »

Une nouvelle fois très ému, le député a souligné qu’il fêterait la fête de son fils, « son bébé de 17 ans », mercredi soir.

« C’est la première fois au cours des quatre dernières années que je vais fêter la fête d’un de mes enfants le jour même », exprime-t-il.

Manifestement, Pierre Breton en profitera pour passer du temps avec les siens, car « c’est aussi ça être député, c’est d’avoir priorisé les citoyens avant même sa famille. »

D’ailleurs, il souligne haut et fort comment ses proches, sa femme Sophie et ses trois enfants, Justin, Chloé et Charles, ont été présents et compréhensifs durant son mandat. Passant ses jours de semaine à Ottawa, il est reconnaissant envers eux d’avoir compris son travail, et surtout, de l’avoir encouragé.

« Quand on n’est pas là en tant que père, ou en tant que mère, ça fait mal », conclut-il.

Laisser retomber la poussière

M. Breton, très ébranlé par sa défaite - lui qui dit s’être investi corps et âme dans ses dossiers - tient désormais à prendre un moment nécessaire pour « décanter ». Puis, pour la suite, on verra, déclare-t-il.

« Je pense que j’ai plein d’autres talents que la politique. Et ce sera peut-être encore en politique, je ne sais pas. Je ne suis pas inquiet pour mon avenir à court terme. »

Évidemment, l’ancien employé de la Société des alcools du Québec, poste qu’il occupait avant de devenir député en 2015 se réjouit de l’élection d’un gouvernement libéral.

Malgré qu’il soit minoritaire, il est confiant. « Connaissant mes collègues libéraux et mon premier ministre, des gens conciliants, je pense qu’il y aura de bonnes occasions pour faire avancer le pays. C’est ce qui est le plus important dans tout ça : faire avancer notre pays. Qui est si beau et si en vu partout sur la planète. »

Pierre Breton a terminé son dernier point de presse en souhaitant « beaucoup de succès à Mme Larouche dans son travail. »