La Voix de l’Est
Guy Bohémier se dit «pris en otage» en raison de la pénurie de personnel qui, clame-t-il, prive sa conjointe de soins à domicile, l’obligeant ainsi à rester en CHSLD.
Guy Bohémier se dit «pris en otage» en raison de la pénurie de personnel qui, clame-t-il, prive sa conjointe de soins à domicile, l’obligeant ainsi à rester en CHSLD.

Une dame privée de soins à domicile est forcée de rester en CHSLD

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Guy Bohémier en a ras le bol. Il y a quelques semaines, il croyait avoir gagné son combat de longue haleine pour que sa conjointe, aux prises avec des problèmes de santé, restreignant notamment sa mobilité, puisse revenir à la maison. Or, le septuagénaire vient d’entamer un nouveau bras de fer. L’homme déplore que sa femme doit rester au CHSLD Les Foyers Farnham, faute de préposés aux bénéficiaires pour du soutien à domicile.