Anne-Claudine Laroche, chef du Pur & Simple de Bromont, a remporté les honneurs du 7e Championnat de cuisine végétale de Montréal.

Une chef bromontoise se distingue au Championnat de cuisine végétale

La créativité d'Anne-Claudine Laroche a su titiller les papilles. La jeune chef de Pur & Simple, un restaurant végétalien et biologique de Bromont, vient en effet de remporter les honneurs du 7e Championnat de cuisine végétale de Montréal.
Lors de cette compétition culinaire tenue samedi au Palais des congrès de Montréal, Mme Laroche affrontait ses homologues Kévin Belisle (Chef Kévin Bélisle) et MariEve Savaria (Brutalimentation). 
En simultané, chaque participant avait 25 minutes pour concocter un mets, en même temps qu'on lui posait des questions sur les ingrédients utilisés, afin de les faire connaître au public qui assistait à cette compétition gastronomique. « C'est sûr qu'il y avait un léger stress, mais mon expérience en yoga m'a bien servie à ce moment-là ! » lance la dame, qui enseigne également cette discipline au Studio Pur de Granby.
Sa recette de dumplings aux champignons sauvages, tempeh et poireaux servis avec bouillon de chaga et algues de Gaspésie aura finalement séduit le trio de juges formé par le nutritionniste, chroniqueur culinaire et auteur Bernard Lavallée, Bob le Chef de L'Anarchie Culinaire et Catherine Clermont, rédactrice en chef du magazine Coup de pouce
« Je voulais faire découvrir ces aliments-là aux gens, souligne Mme Laroche. Des dumplings et des algues, ça sonne asiatique, mais on a tout ce qu'il faut ici, au Québec, pour en faire. »
Valoriser et mettre en valeur les aliments
Le concours, qui s'est déroulé dans le cadre de l'Expo Manger Santé et Vivre Vert, avait d'ailleurs pour thématiques l'écogastronomie et l'antigaspillage. « Dans le fond, c'est de faire valoir les produits d'ici, explique la chef de 30 ans. C'est possible, même si c'est végétal et local, d'aller chercher des saveurs et des textures très intéressantes pour en faire un mets élaboré. En même temps, on a tenté d'utiliser les éléments en entier, du début à la fin, pour limiter les pertes. »
Des méthodes en parfait accord avec les valeurs de l'artisane de la table, qui compte les approfondir dans le cadre de menus spéciaux qui pourraient être servis durant la belle saison chez Pur & Simple. 
Originaire de Saint-Hyacinthe, la cuistot a oeuvré dans quelques cuisines montréalaises avant d'être recrutée par la propriétaire du restaurant bromontois, le printemps dernier. Elle y a trouvé un terrain de jeu et une liberté lui permettant de créer et d'explorer. 
« La cuisine végétalienne, pour moi, c'est incontournable, dit-elle. L'alimentation, c'est un tout du début à la fin. C'est une expérience à partir du moment qu'on cultive un aliment, qu'on le récolte, qu'on le transporte, qu'on le cuisine et qu'on le mange. »
« On doit pouvoir goûter l'état et l'intention qu'on met dans l'aliment. Pour moi, l'expérience alimentaire, ça va même jusque dans l'ambiance dans laquelle on mange », poursuit-elle.
Le concours s'est avéré une première aventure positive pour la gagnante, qui y est allée dans l'optique « du plaisir de partager ». « Ça se voulait chaleureux, relève-t-elle. Ça a été une belle occasion de rencontrer les autres chefs et de créer des liens, mais aussi de se faire connaître dans un cadre professionnel. »
Qui sait où ce genre d'expérience, qu'elle compte multiplier, pourrait la mener ? « Ça ouvre des portes, c'est certain ! » dit-elle, des étoiles dans les yeux.