Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La pandémie et la sensibilisation du public expliquent la diminution importante des incendies à Acton Vale et Saint-Théordore-d’Acton, affirme le chef de la brigade des pompiers, Joël Perron.
La pandémie et la sensibilisation du public expliquent la diminution importante des incendies à Acton Vale et Saint-Théordore-d’Acton, affirme le chef de la brigade des pompiers, Joël Perron.

Une baisse notable des incendies à Acton Vale

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Baisse notable des incendies et diminution marquée des fausses alarmes. C’est ainsi que l’année 2020 s’est déroulée sur les territoires desservis par le Service des incendies d’Acton Vale et Saint-Théodore-d’Acton.

« La pandémie, mais également la sensibilisation du public a réduit le nombre d’incendies », affirme Joël Perron, le directeur de la brigade qui dessert plus de 9000 citoyens répartis dans les deux municipalités.

Les pompiers ont répondu à 120 appels pour des incendies de structure l’année dernière comparativement à 188 en 2019. Seule augmentation: les feux de broussailles et de paillis. Les sapeurs avaient l’habitude d’intervenir en moyenne une seule fois par année. Or, ils sont intervenus à sept occasions pour ce type de feu en 2020.

Les fausses alarmes ont chuté au cours de la dernière année. Elles sont passées de 36 en 2019 à 27 en 2020. Cette situation peut s’expliquer par la plus grande présence des citoyens à leur résidence en raison de la pandémie, avance le service des incendies.

Parmi toutes les interventions réalisées par la brigade, 20 % d’entre elles étaient pour des vérifications, 13 % pour de fausses alarmes et 13 % pour de l’assistance offerte à d’autres municipalités environnantes, peut-on lire dans le rapport annuel du service récemment rendu public.

Les pompiers ont également misé sur la prévention. Après les interventions, le micro de la radio Acton était donné à M. Perron qui profitait de cette tribune pour sensibiliser la population. « Lors d’un incendie par exemple, le citoyen avait utilisé un extincteur portatif et ça avait permis de limiter les dégâts, et j’en parlais. On a fait beaucoup de sensibilisation », raconte-t-il.

La pandémie a également freiné les visites de prévention dans les résidences. Après une pause forcée en 2020, elles reprendront en 2021. Les visites sont obligatoires en vertu du schéma de couverture de risques en sécurité incendie. Les pompiers disposent de sept ans pour inspecter l’ensemble des résidences sur leur territoire avant de recommencer les visites.

« Le budget qu’on n’a pas dépensé en 2020 pour les vérifications a été transféré en 2021. On va pouvoir reprendre le retard », assure le chef de la brigade.