Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La première année complète en politique pour Lyne Bessette a été mouvementée en raison de la COVID-19.
La première année complète en politique pour Lyne Bessette a été mouvementée en raison de la COVID-19.

Une année d’adaptation pour Lyne Bessette

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
L’an 2020 a été la première année complète en politique pour la députée fédérale de Brome-Missisquoi Lyne Bessette. Jamais elle n’aura cru commencer sa carrière politique avec une pandémie. Habituée aux épreuves sportives, elle a transposé ses acquis pour faire face aux besoins grandissants des organismes et des citoyens dans ce contexte particulier. Le mot qui décrit le mieux 2020 pour Mme Bessette : adaptation.

«Ça a été une année mouvementée, remplie d’adaptations, confie-t-elle au bout de la ligne. Pour une nouvelle députée, je suis fière de dire que, même si je ne connaissais pas beaucoup de choses, je suis entrée dans l’action rapidement et j’ai appris. Avec l’équipe géniale que j’ai, on a fait du bon travail. Et je pense que c’est ça qui a fait que l’année a été positive pour notre bureau.»

Elle constate que la pandémie leur a permis d’entrer en contact beaucoup plus rapidement que prévu avec les gens du milieu communautaire et de la politique municipale. Les rencontres groupées par visioconférence ont été organisées régulièrement pour répondre aux questions, mais aussi pour les guider dans les programmes d’aide fédéraux.

L’ancienne Olympienne compare les 10 derniers mois à une course par étape. Si les protagonistes vont trop vite, ils s’épuisent et perdent le cap.

«Les premières semaines, je me levais de bonne heure et j’allais tout de suite voir mes courriels. Et je finissais vers 22 h, 23 h. Mais tu réalises vite que tu n’y arriveras pas. Il faut garder du temps pour soi.»

Pour garder la tête hors de l’eau, son équipe et elle se sont assurées de prendre soin d’eux en s’accordant du temps pour eux.

Par exemple, dès qu’elle avait un moment, elle descendait au sous-sol de sa demeure pour s’entraîner sur le vélo, sur le rameur ou sur le tapis. «Je ne suis plus l’athlète que j’étais, je ne m’entraîne plus 4 ou 5 heures par jour. J’essaie de faire ce que je peux, quand je le peux. Si j’ai une heure le midi, je vais la prendre», ajoute la députée libérale.

Internet et agriculture

Durant l’année, elle a travaillé avec le Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire, qui a déposé en novembre un rapport sur les programmes de gestion des risques de l’entreprise agricole. La députée assure avoir appris beaucoup sur l’agriculture et l’agroalimentaire en travaillant avec ce comité.

«Je suis fière de dire que, malgré la pandémie, on a su répondre à nos citoyens, qui étaient inquiets, mais on a aussi été capables de garder les autres dossiers en action. On a fait avancer des dossiers importants pour la communauté, comme l’accessibilité à Internet haute vitesse, qui est un dossier chaud à cause que, du jour au lendemain, c’est devenu un service essentiel. Ce qu’on a fait comme étage a permis de faire débloquer des permis.»

Lyne Bessette continuera de s’adapter au fil des semaines et est consciente que la prochaine session parlementaire sera tout aussi mouvementée. Par contre, elle entrevoit la lumière au bout du tunnel avec le début de la vaccination.

«Ça va être important que, dans le futur, on mise sur la relance économique. Ça va être important pour moi d’aller chercher des fonds des programmes pour soutenir la relance», conclut-elle avant d’aller prendre l’air dans les montagnes de Sutton.