L’entreprise Normandin, spécialisée dans la transformation de métal en feuille, vient de recevoir un coup de pouce financier pour lui permettre d’augmenter sa capacité de production et d’accroître sa productivité.

Une aide financière de 812 000 $ pour Normandin

L’entreprise Normandin de Saint-Valérien-de-Milton, spécialisée dans la transformation de métal en feuille, vient de recevoir une aide financière de 812 250 $ pour lui permettre d’augmenter sa capacité de production et d’accroître sa productivité.

Elle acquerra entre autres un nouveau robot-plieur. 

« Ça nous aide à réaliser quelques projets, explique Louis Veilleux, le président de Normandin. Ce sont des projets qui [nécessitent d’] augmenter notre capacité de production au niveau du pliage du métal. Ça nous amène à robotiser une partie du travail, à ajouter une capacité de très grand format pour les équipements de pliage. »

L’entreprise du groupe Mundial — qui en compte sept avec chacune leur expertise — a d’ailleurs reçu mardi la visite de la ministre de la Santé du Canada, Ginette Petitpas Taylor, venue annoncer la contribution non remboursable du gouvernement fédéral. Ce coup de pouce financier est accordé en vertu de l’Initiative pour l’acier et l’aluminium du programme Croissance économique régionale par l’innovation.

L’aide financière permettra à l’entreprise d’acquérir un robot-plieur. « La partie pliage [comporte] toujours plusieurs défis : celui de trouver des gens, celui d’être capable de croître, explique le président. On va concentrer nos gens sur des types de production de pliage, mais le robot-plieur va nous donner vraiment la capacité dont on a besoin. »

Le gouvernement fédéral offre une aide de plus de 800 000 $ à l’entreprise Normandin. Dans l’ordre habituel: Fatime Traore, ingénieure, la ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, le directeur général et associé de l’entreprise, René Tremblay, et le président de Normandin, Louis Veilleux.

Expertise

Ce robot-plieur de dernière génération, qui provient d’Allemagne, sera acquis au coût de 1,6 million de dollars. Sa livraison est prévue en décembre à l’usine du chemin Milton. « On voulait avoir les meilleures options pour être capables de répondre aux besoins de nos clients », explique le président de l’entreprise, dont les principaux clients sont de grands équipementiers québécois qui exportent leurs produits, notamment en aéronautique et en transport.

Ce n’est pas un hasard si le nouvel équipement à la fine pointe de la technologie sera installé dans l’usine de Saint-Valérien-de-Milton. « On a fait le choix de le mettre dans cette usine à cause de l’expertise de certains membres de notre équipe, autant pour l’implantation et que la gestion de projets, explique M. Veilleux, qui estime que l’entreprise sera en mesure de doubler son chiffre d’affaires. Leur travail a fait toute la différence. Ça les place en centre d’expertise en pliage, ce qui n’est pas rien. » La programmation du nouveau robot sera également réalisée par le personnel de l’entreprise. 

L’entreprise de Saint-Valérien-de-Milton emploie présentement 95 personnes, mais elle a la capacité d’accueillir 150 membres dans son équipe. La Voix de l’Est rapportait d’ailleurs que l’entreprise avait installé un kiosque à l’Expo agricole de Saint-Hyacinthe pour recruter de nouveaux travailleurs. 

L’aide gouvernementale servira à défrayer une partie du coût du robot-plieur, ainsi que d’une presse grand format, de logiciels et de formation destinée aux employés.

D’autres investissements, notamment pour acquérir des machines au laser plus performantes, pourraient éventuellement être réalisés.