Des élèves qui participeront au Baz’art écolo ont présenté quelques échantillons­ de ce qui sera offert à l’école primaire de Sainte-Cécile-de-Milton, dimanche 22 avril, Jour de la Terre.

Un vent écologique souffle sur l’école de Sainte-Cécile

Tout a commencé par la fabrication de décorations de Noël faites à partir d’objets recyclés. Puis, l’idée est venue d’un élève de 6e année, Olivier Grondin. Pourquoi ne pas créer encore plus d’objets, inviter des marchands et des artisans et en faire un grand bazar ?

C’est ce qu’ont fait une trentaine d’élèves de 5e et 6e année du primaire de Sainte-Cécile-de-Milton, ces derniers mois, et le fruit de leur labeur sera présenté le dimanche 22 avril, Jour de la Terre, à la faveur d’un bazar qui se tiendra au gymnase de l’école.

Des bandeaux, élastiques à cheveux et jouets pour chien faits avec de vieux vêtements, des bracelets faits avec des pages de dictionnaire, des porte-téléphones cellulaires fabriqués avec des rouleaux de papier de toilette, des pots de yogourt transformés en chandelles, des signets provenant de vieux contenants de fraise...

Sous la supervision de l’enseignante d’anglais Karine Lallier, les écoliers ont fait preuve d’ingéniosité et de créativité pour préparer les dizaines d’objets pratiques qui se mêleront à la nourriture, à l’artisanat ainsi qu’aux vêtements et jouets usagés qui seront offerts à la vente par les citoyens et commerçants locaux.

Échanges
Mais le Baz’art écolo, de 9 h à 15 h, ne servira pas que de marché et d’endroit permettant de donner une seconde vie aux objets. Les élèves de l’école primaire en profiteront pour échanger avec les visiteurs à propos d’environnement, de pollution et de recyclage, des sujets qui leur tiennent à cœur.

« La planète est en train de mourir, a fait remarquer Laurie Racine lors du passage de La Voix de l’Est, cette semaine. Il y a trop de pollution et la couche d’ozone réduit. Il faut faire attention ! Le Jour de la Terre, c’est un peu son anniversaire. »

« Si ça continue, on n’aura plus de viande à manger ! ajoute sa camarade Abiguelle Mercier. Il y a beaucoup de pollution et des animaux qui meurent. » Coralie Morris rappelle qu’« il faut récupérer et arrêter de tout jeter », tandis que Livia Brodeur souligne que recycler, c’est aussi économique. « En recyclant, on ne gaspille pas d’argent ! »

Même dans les petites municipalités, le recyclage ne va pas de soi, mentionne l’enseignante Karine Lallier. « Ça prend une volonté et il y a encore du travail à faire. »

Projets
L’argent amassé grâce au Baz’art écolo permettra à l’établissement de la rue Principale d’envisager d’autres projets comme un jardin communautaire, la mise en place du compostage et la plantation d’arbres. Déjà, sous l’impulsion de l’élève Laurie Racine, la cafétéria a récemment accueilli ses premiers bacs à recyclage.

Cette année, l’école primaire de Sainte-Cécile-de-Milton a aussi obtenu la certification Établissement vert Brundtland, pour laquelle elle s’engage à promouvoir les valeurs de paix, d’écologie, de démocratie et de solidarité. Et l’initiative du Baz’art écolo lui a déjà valu un prix au défi OSEntreprendre de la commission scolaire du Val-des-Cerfs.

« On ne s’attendait pas à gagner le premier prix dans notre catégorie et on va participer à la compétition régionale », signale le directeur de l’école, Mathieu Brodeur.