La relocalisation des infrastructures du terminal ferroviaire de Brigham et leur accroissement sont envisagés sur un site contigu de 23 hectares, près de la route 139, ce qui permettrait notamment à plusieurs entreprises de la région de bénéficier du transport par wagons.

Un vaste projet industriel à l'étude à Brigham

Le parc industriel de Brigham et son terminal ferroviaire pourraient prendre du galon d'ici quelques années, a appris La Voix de l'Est. Un projet industriel aux nombreuses ramifications, qui prendrait forme sur un site de 23 hectares à proximité de la route 139, permettrait de dénouer l'impasse concernant les enjeux de sécurité liés à l'entreposage de propane et de wagons de pétrole près de quartiers résidentiels, notamment à Bromont.
Le maire de Brigham, Normand Delisle.
« Ça fait longtemps qu'on veut agrandir notre parc industriel. Ce soir [lundi], on va franchir une étape de plus pour que le projet se concrétise », a indiqué à La Voix de l'Est le maire de Brigham, Normand­ Delisle, assis en première rangée de la salle du conseil de Bromont, bondée à l'occasion de la séance ordinaire lundi. 
C'est avec enthousiasme que M. Delisle a accueilli la décision des élus bromontois, qui ont appuyé par voie de résolution la demande de Brigham d'exclure une zone agricole d'une superficie de 23,2 hectares (2,5 millions de pieds carrés) pour lui conférer une vocation industrielle. La démarche prévue consiste à « relocaliser et consolider les activités de Terminal Brigham. Établir un terminal bimodal pour le transit de produits sur train avec bâtiments, aires d'entreposage des conteneurs et aires de circulation des marchandises. [Puis] augmenter les activités de l'entreprise Bourque Métal », stipule­ le procès-verbal. 
Selon M. Delisle, il s'agit d'un projet dont le budget dépasse 10 millions de dollars et qui pourrait voir le jour en 2018. Sans vouloir s'avancer à propos des détails de l'initiative, Francis Dorion, qui chapeaute le dossier au sein de la MRC Brome-Missisquoi, a confirmé qu'une demande de modification de zonage doit être déposée en mai à la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). Advenant que le projet voie le jour, M. Dorion estime pour sa part que la première pelletée de terre ne pourrait pas avoir lieu sur le site avant « au moins trois à quatre ans ».
Retombées régionales
L'entreprise Bourque Métal, spécialisée dans le recyclage de produits métalliques, est l'instigateur de l'initiative, a indiqué à La Voix de l'Est Guy Breton, directeur des projets spéciaux de la compagnie ayant notamment des assises à Bromont et Brigham. À l'instar de M. Dorion, le représentant de Bourque Métal a préféré réserver ses commentaires puisque le dossier « n'est pas encore complètement­ attaché ». 
Selon M. Delisle, le projet aurait un rayonnement régional. « Il y aurait plusieurs entrées de wagons. Une pour le terminal Brigham, d'autres pour Bourque Métal et d'autres entreprises. [...] Il y aurait une plateforme de transport intermodal avec un hangar spécialisé pour desservir toutes les compagnies de la région, a-t-il mentionné. Ça permettrait d'enlever beaucoup de camions de transport sur les routes. » Rappelons par ailleurs que le réseau ferroviaire, propriété de la Central Maine & Quebec Railway­ (CMQ), offre un accès direct à deux ports des Maritimes ainsi qu'aux États-Unis.
Sécurité publique
Des dizaines de wagons contenant entre autres des produits pétroliers hautement explosifs et du propane, stationnés tantôt derrière l'école de la Chantignole à Bromont, tantôt au coeur d'un quartier domiciliaire, faisaient craindre le pire aux résidants du secteur, rapportait en primeur La Voix de l'Est en novembre 2015. La CMQ agissait ainsi de plein droit, ne disposant pas de nombreuses « voies de garage » pour ces convois dans la région. 
Le regroupement de wagons contenant des matières potentiellement explosives dans le nouveau terminal de Brigham permettrait ainsi de dénouer l'impasse à ce chapitre, a convenu la mairesse de Bromont, Pauline­ Quinlan. « C'est une belle solution au plan sécuritaire avec les wagons près de [l'école] de la Chantignole et des quartiers résidentiels. Reste à voir si ça pourra être réalisé, mais c'est très positif », a-t-elle indiqué en marge de la séance, lundi. Par ailleurs, Mme Quinlan a indiqué que Bromont­ pourrait desservir en eau les infrastructures du vaste site, aux frais des promoteurs. Les égouts seraient reliés au réseau de Brigham, a mentionné M. Delisle.
Le maire de Cowansville et préfet de la MRC Brome-Missisquoi, Arthur Fauteux, voit également d'un très bon oeil le projet qui progresse. « C'est une très bonne initiative, a-t-il dit. Ça viendrait sécuriser le réseau [ferroviaire]. Et c'est étonnant le nombre de compagnies, entre autres dans l'industrie agricole, qui ont besoin de propane. Et côté transport, plusieurs entreprises dépendent du chemin de fer, alors c'est évident que ce serait un plus pour en attirer de nouvelles et permettre l'expansion de celles qui sont déjà dans la région. »