Des mesures ont été mises en place pour atténuer la congestion routière aux abords du Zoo de Granby.

Un tunnel pour piétons demandé près du Zoo

Un tunnel devra être aménagé à l’intersection du boulevard David-Bouchard et de la rue Saint-Hubert, près du Zoo de Granby, pour sécuriser le passage des nombreux piétons et cyclistes, estime le maire de Granby, Pascal Bonin.

Ce type d’infrastructure permettrait, selon lui, de bonifier les mesures mises en place par la Ville et le Zoo pour atténuer les problèmes de congestion autour de l’attraction touristique, surtout en haute saison.

« On a besoin d’investissements du ministère des Transports à cette intersection-là. Ça prend un tunnel. C’est clair, net et précis. Il faut que tout ce qui marche et tout ce qui roule, y compris les poussettes et les brouettes, circulent à un autre niveau que celui des voitures, pour la sécurité et la fluidité [de la circulation]. Il va falloir regarder ça. Le Zoo attire un million de visiteurs par année. Je ne peux pas croire que le gouvernement ne pourrait pas investir sur un tunnel », laisse tomber le maire Bonin.

Selon lui, de très nombreux visiteurs du Zoo de Granby décident de se garer de l’autre côté du boulevard David-Bouchard les journées de fort achalandage. Ils se présentent ensuite — avec marmaille et provisions — à l’intersection à pied, où la circulation est dense.

Le directeur des opérations au Zoo, Samuel Grenier, croit aussi que l’aménagement d’un tunnel serait approprié. « La Ville a agrandi l’espace d’attente pour ceux qui traversent du Tim Hortons au Zoo. Mais ça reste un passage achalandé. Et ça ralentit le trafic parce que les voitures arrêtent des quatre côtés pour assurer un passage protégé des piétons », note-t-il.

Des mesures concluantes
Selon Pascal Bonin, les mesures mises en place cette année pour amenuiser les problèmes de congestion autour du Zoo, notamment sur le boulevard David-Bouchard (route 139), ont par ailleurs fait leurs preuves.

Le record d’achalandage, où quelque 19 000 visiteurs ont franchi les tourniquets en une seule journée, n’a pas été fracassé durant les vacances de la construction. Mais l’attraction a enregistré l’entrée de 13 000, voire jusqu’à 15 000 personnes sur le site certaines journées, note Samuel Grenier. « On n’a pas testé les mesures à pleine capacité. Mais on a vu une différence. On a noté que la route 139 s’est dégagée plus rapidement. Les gens se sont aussi dirigés plus facilement vers les stationnements alternatifs. Les navettes, avec le nouveau débarcadère, sont plus efficaces », relève-t-il.

« Les journées à 12 000, 13 000, 14 000 visiteurs n’ont pas paru. On peut déjà dire que les mesures ont prouvé leur efficacité », estime pour sa part le maire, tout en soulignant que cela demeure un work in progress.

Parmi les modifications apportées, l’affichage a été bonifié pour guider les déplacements des véhicules vers les différents stationnements alternatifs. Des panneaux à messages variables ont été disposés le long de la route, dont à l’intersection des routes 112 et 139, de façon à informer les visiteurs des stationnements ouverts et fermés. Les outils technologiques ont aussi été mis à profit.

Ces mesures sont le fruit d’une collaboration qui a réuni à la même table des représentants du Zoo, de la Ville, du ministère des Transports du Québec (MTQ) ainsi que des commerçants du secteur.