Le jeune homme est entré dans le réservoir transportant du purin pour le nettoyer. Il aurait probablement été incommodé par les émanations de gaz ou le manque d'oxygène.

Un travailleur sort in extremis d'un réservoir à purin

Le pire scénario a été évité de justesse dans une entreprise agricole de Saint-Valérien-de-Milton. Un homme de 28 ans a subi un malaise, mardi après-midi, probablement en inhalant du gaz provenant du purin alors qu'il nettoyait l'intérieur d'un réservoir servant à l'épandage. Il en est sorti in extremis. Il s'agit du quatrième accident du genre à survenir depuis sept mois dans la municipalité.
« Je m'en venais et je voyais les unités d'urgence. Je capotais », raconte Sylvain Daviau, le père de Nick, 28 ans, qui venait alors de quitter en ambulance.
« Je m'en venais et je voyais les unités d'urgence. Je capotais », raconte Sylvain Daviau, le père de Nick, 28 ans, qui venait alors de quitter en ambulance leur entreprise située dans le 11e rang. 
Quelques minutes plus tôt, son fils s'affairait au nettoyage d'un réservoir qui sert au transport et à l'épandage de purin, comme il en a l'habitude lorsque la saison se termine. Il était à l'intérieur du grand réservoir quand il a été en proie à un malaise. « Il a eu une faiblesse, raconte son père. Il est sorti in extremis. »
Premiers répondants, pompiers, ambulanciers et policiers ont été dépêchés sur les lieux. « Il était sur le réservoir, assis », décrit Sylvain Laplante, directeur du Service des incendies de Saint-Valérien-de-Milton. Ils ont alors administré de l'oxygène à Nick Daviau. Celui-ci a ensuite été transporté à l'hôpital. « Sa femme m'a dit qu'il allait bien », précise Sylvain Daviau, qui exploite une entreprise spécialisée dans les travaux à forfait pour les agriculteurs. 
Le jeune homme pourrait avoir été intoxiqué par les émanations de H2S (sulfure d'hydrogène) ou de monoxyde de carbone, indique M. Laplante. Il aurait également pu souffrir d'un manque d'oxygène dans le réservoir, ajoute-t-il. Il peut aussi s'agir d'une combinaison de tous ces facteurs. 
Douloureux souvenirs
Cet accident n'est pas sans rappeler de douloureux souvenirs à la communauté de Saint-Valérien-­de-Milton. Le propriétaire d'une ferme porcine bien connu dans la municipalité, Alain Beaudry, 56 ans et son employé Anthony­ Lalumière, 18 ans, ont péri le 27 septembre après être descendus dans une préfosse à lisier. 
« Quand la femme de mon fils m'a appelé pour m'avertir, j'ai tout de suite pensé à Alain. On a grandi ensemble et c'était un client », raconte M. Daviau, secoué par les événements.
Même réaction du côté des pompiers, qui en sont à leur quatrième intervention pour des accidents impliquant des fosses à purin au cours des sept derniers mois. Plus tôt cette année, un autre producteur a été incommodé par des émanations de gaz dans sa ferme et a été secouru de justesse
Le directeur Laplante, qui ne veut pas que d'autres accidents surviennent, prend les choses en main. Des séances de sensibilisation pourraient notamment être organisées à l'attention des agriculteurs­ dans les mois à venir.