Six wagons transportant du papier et du bois franc se sont renversés près du chemin de Brill, à Bolton-Ouest.

Un train déraille à Bolton-Ouest [VIDÉO]

Un train a déraillé à Bolton-Ouest, samedi vers 16 h 30. Six wagons contenant du papier et du bois, selon nos informations, se sont renversés à la hauteur du chemin de Brill.

Dans ce secteur, les rails appartenant à Central Maine & Quebec Railway sont abimés, mais il se pourrait que le déraillement ait été provoqué par un problème technique, selon Jacques Drolet, maire de Bolton-Ouest. Celui-ci s’attendait à ce que des représentants de l’entreprise propriétaire du chemin de fer arrivent en début de soirée.

À LIRE AUSSI: Déraillement d’un train à Bolton-Ouest: «C’est inquiétant», estime Louis Villeneuve

Aucun danger

« Le mot d’ordre, c’est qu’il n’y a aucun produit dangereux et aucun danger pour la population », assure Marc-Antoine Fortier, capitaine à la prévention et à la logistique du Service incendie de Sutton et de Lac-Brome, qui couvre le territoire de Bolton-Ouest.

Le service incendie a été appelé sur les lieux, de même que des représentants de la municipalité et du Canadien National. Les mesures d’urgence ont été déployées.

« La route a été sécurisée et la compagnie a sécurisé tous les wagons restants », précise Jean-François Grandmont, directeur général de Bolton-Ouest.

« Il y avait aussi un train de passagers, le Orford Express, qui a dû s’arrêter sur la voie d’évitement, mais il n’y a pas de blessés », ajoute M. Fortier.

« Si ça avait été des matières dangereuses, ça aurait été une autre histoire, mais Dieu merci ce n’est pas ça », laisse tomber, soulagé, le premier magistrat du village coupé en deux par le train. 

Le chemin de Brill a été fermé en raison de la présence du train et de débris, et le restera au moins jusqu’à lundi.

Le chemin de Brill traverse de part en part le territoire de Bolton-Ouest et permet de rejoindre Lac-Brome et Saint-Étienne-de-Bolton. Personne n’est cependant enclavé et des détours ont déjà été organisés sur place, note M. Drolet.

Un enquêteur du Bureau de la sécurité des transports (BST) est sur place depuis dimanche matin pour analyser la scène et récolter les informations disponibles. Il déterminera ensuite quel type d’enquête sera mené, indique Chris Krepski, porte-parole pour le BST. « C’est une évaluation préliminaire qu’on fait. Il est trop tôt pour connaître la cause du déraillement. »