Les équipes de Thetford et de Victoriaville s’affrontaient, samedi matin, dans un des nombreux matchs d’improvisation du weekend.
Les équipes de Thetford et de Victoriaville s’affrontaient, samedi matin, dans un des nombreux matchs d’improvisation du weekend.

Un tournoi d’impro fait vibrer le Cégep de Granby 

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Pour une troisième année consécutive, le Cégep de Granby recevait un tournoi intercollégial d’improvisation. Environ 120 jeunes étudiants issus de partout au Québec ont improvisé sur des thèmes variés tout au long du week-end. 

La ligue du Cégep de Granby, L’ASSAUT, devait accueillir 12 équipes provenant d’autant de cégeps, mais les conditions météorologiques en ont décidé autrement. L’équipe de Sept-Îles n’a pas pu prendre la route. La ligue hôte a donc formé une équipe à la dernière minute pour la remplacer. 

Des équipes des cégeps et collèges de Beauce-Appalaches, Sherbrooke, Laflèche, Maisonneuve, Mont-Laurier, Rimouski, Saint-Jean-sur-Richelieu, Thetford, Trois-Rivières, Valleyfield et Victoriaville se sont déplacées à Granby pour un minimum de trois matchs. 

« Ça met de la vie dans notre Cégep ! se réjouit Mylène Poirier, animatrice socioculturelle, rencontrée sur place. »

Le tournoi a débuté à 8 h samedi et s’est poursuivi jusqu’à dimanche après-midi. 

La thématique Mission impossible a été exploitée dans certains éléments décoratifs, comme des silhouettes d’hommes en noir, et des classes converties en bunker où les équipes dormaient. Les étudiants bénévoles, comme ceux du programme en tourisme, arboraient également un nœud papillon ou des cocardes d’agents secrets.

« Une affaire de famille »

Les équipes représentant un cégep sont formées d’étudiants choisis habituellement par leur entraîneur. Même dans le cas d’une équipe formée spécialement pour le tournoi, les improvisateurs se sont assurés d’être bien préparés. « Ils prennent vraiment ça au sérieux. Les équipes sont vraiment bien préparées », remarque Mme Poirier. 

« À Rimouski, on est 35 joueurs dans la ligue collégiale, explique en ce sens Zachary Côté, assistant-capitaine de l’équipe Amphigouri, qui signifie un discours inintelligible. Une sélection est faite par notre coach pour amener l’équipe en tournoi. Les 35 joueurs ensemble, on a tous une belle chimie, alors en tournoi c’est super facile de bien performer. Je pense que c’est avec la chimie de groupe qu’on est capable de performer. L’impro, c’est d’abord une affaire de famille. »

L’improvisation leur permet aussi de briller sur scène tout en laissant libre cours à leur imagination. Plusieurs y développent leur spontanéité. 

« L’accessibilité de l’impro, ça fait en sorte que, dans la vie de tous les jours, tu es capable de performer dans différentes sphères », croit Zachary.