La Ville de Granby a terminé l’année 2017 avec un surplus d’exercice de 7,3 millions de dollars.

Un surplus de 7,3 millions $ pour Granby

La Ville de Granby a terminé l’année 2017 avec un surplus d’exercice de 7,3 millions de dollars. Il s’agit du troisième plus important surplus enregistré au cours des deux dernières décennies.

C’est ce qui ressort des résultats financiers adoptés lundi soir, dans le cadre de la séance du conseil. « Les finances de notre ville sont en excellente santé », s’est réjoui le conseiller municipal responsable des finances, Jocelyn Dupuis, au terme de la présentation des résultats. 

À ses yeux, il faut y voir la preuve qu’il est possible de « gérer autrement ». « Ça fait des années qu’on parle de gérer autrement. C’est ce qu’on a fait depuis les quatre dernières années », affirme M. Dupuis. 

Le maire Pascal Bonin a pour sa part relevé que les résultats financiers présentés sont « le résultat de la finalité du premier mandat du conseil municipal ». « Quand on regarde ça, on a baissé la dette de plus de 10 millions de dollars en propulsant 122 M $ [NDLR : de projets] à travers la municipalité. C’est un travail colossal de redressement qu’on a fait », a-t-il déclaré.

Les deux élus ont souligné la rigueur des gestionnaires et employés municipaux qui ont exercé une gestion serrée des finances. Pascal Bonin a aussi noté la participation des citoyens, qui ont composé avec une hausse de taxes de 2 % par année ces dernières années. Le surplus enregistré ne signifie pas pour autant que les contribuables ont trop payé de taxes, précise-t-il. « Au contraire, on a été efficient dans la façon de gérer la municipalité », calcule-t-il.

« Personnellement, j’avais un rêve de démontrer qu’une ville pouvait se gérer sans accumuler de dettes, en payant tout comptant, en avançant, en montrant un dynamisme et, ma foi, le premier mandat aura été la preuve sans équivoque que c’est possible de le faire », estime-t-il.

Répartition 

Selon Jocelyn Dupuis, chacun aura son opinion sur la façon d’utiliser le surplus dégagé. Mais il a déjà été décidé d’utiliser 2 millions de dollars pour augmenter le fonds de roulement de la Ville à 12 millions. Des travaux prévus d’environ 1,4 M $, mais non budgétés, pourront ainsi être acquittés. Il a aussi été convenu de verser 1,1 M $ comptant au projet de 98 logements sociaux de la rue Saint-Jacques, piloté par l’Office municipal d’habitation (OMH) de Granby. Il s’agit là d’une option plus avantageuse, selon les élus, que l’hypothèse d’un congé de taxes qui avait également été étudiée. 

Quelque 3 M $ demeureront par ailleurs dans le surplus libre de la Ville pour les projets qui seront identifiés par l’administration municipale dans le cadre de l’actuel exercice de planification stratégique.

La trésorière adjointe à la Ville de Granby, Sylvie Chouinard, a présenté les résultats financiers de 2017 lundi soir.

Les chiffres

Concrètement, une hausse des revenus de 2,4 % du budget initial a été enregistrée. Celle-ci s’explique entre autres par des droits de mutation plus élevés de 875 000 $ que ce qui avait été estimé. La vente pour plus de 500 000 $ de terrains industriels a également contribué à gonfler les revenus. 

A contrario, une diminution de 3,8 % des dépenses d’opération a été observée par rapport au budget initial. Des économies ont été réalisées dans la plupart des postes de dépenses, a-t-il été souligné lundi soir. 

En 2017, 82 projets d’immobilisations, dont les coûts ont atteint 32,1 millions $, ont été réalisés, selon le service des finances. 

Au 31 décembre 2017, l’endettement total net était de 72,6 millions $. En 2013, il atteignait 82,8 millions $. 

La construction du centre aquatique, ainsi que le prolongement de services municipaux pour desservir de nouveaux terrains industriels situés de l’autre côté de la route 139, auront toutefois un nouvel effet à la hausse sur la dette. Elle devrait atteindre 85 millions $ au 31 décembre 2018. 

Pour avoir un surplus d’exercice aussi élevé à la Ville de Granby, il faut reculer en 2011, alors qu’il avait atteint 11,8 millions $ dans la foulée de la vente des terres Miner. En 2010, c’est un surplus de 8,7 millions $ qui avait été observé à la suite d’un gain actuariel du fonds de retraite dans le cadre des États généraux sur le régime de retraite.