Un spectateur de l’aréna à Farnham a été réanimé grâce à l’intervention d’un groupe de citoyens, dont un employé qui a utilisé le défibrillateur cardiaque disponible dans le bâtiment municipal.
Un spectateur de l’aréna à Farnham a été réanimé grâce à l’intervention d’un groupe de citoyens, dont un employé qui a utilisé le défibrillateur cardiaque disponible dans le bâtiment municipal.

Un spectateur réanimé à l’aréna Madeleine-Auclair

Un spectateur qui assistait à une partie de hockey à l’aréna Madeleine-Auclair de Farnham dimanche a eu plus d’une bonne étoile lorsqu’il a été victime d’un malaise cardiaque. Des citoyens et un employé de l’aréna, Maxime Cardin, sont rapidement intervenus en amorçant les manoeuvres de réanimation et en utilisant le défibrillateur cardiaque. Résultat : l’homme était conscient à l’arrivée des paramédics.

« Il s’en est sorti et il pourra être présent avec sa famille à Noël », s’est réjoui M. Cardin, lors d’une entrevue téléphonique mardi après-midi.

L’histoire s’est déroulée près de la glace alors qu’une partie de hockey mineur était disputée, dimanche après-midi. Un spectateur, venu encourager un membre de sa famille, a soudainement été en proie à une faiblesse. Maxime Cardin, qui était en poste à l’aréna, a aussitôt été sollicité pour apporter une chaise à l’homme en détresse. L’état du spectateur s’est rapidement détérioré et il a ensuite perdu connaissance.

M. Cardin et au moins trois autres citoyens sont rapidement intervenus. Toutes les étapes se sont enchaînées. Un homme a composé le 911 pendant qu’une femme, Johannie Bachand, a débuté le massage cardiaque. M. Cardin, qui est également pompier, a ensuite pris le défibrillateur cardiaque disponible à l’aréna. « On l’a branché et la machine a donné un choc. On a commencé les manoeuvres et il a repris conscience », raconte-t-il, fier du succès de leur intervention qu’il qualifie d’un « travail d’équipe ».

Les paramédics ont ensuite pris en charge le patient. D’abord transporté à l’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins, il a été transféré au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke pour y subir des examens, selon les informations obtenues par M. Cardin. « J’ai eu de nouvelles de l’hôpital. Ils ont appelé à l’aréna pour nous féliciter du geste qu’on avait posé », raconte-t-il.

Même s’il a suivi une formation en secourisme, son intervention n’a rien à voir avec « les machines sur lesquelles on pratique », dit-il. « C’est spécial de l’utiliser en vrai, avoue-t-il. Dans la seconde, tu dois réagir. »

L’intervention réalisée par M. Cardin et des citoyens s’est rapidement propagée dans la communauté. La Ville de Farnham a d’ailleurs souligné lundi sur sa page Facebook la « bravoure exemplaire » de l’employé en racontant le fil des événements et son intervention.

Les regards ont été plus nombreux à se tourner vers le défibrillateur cardiaque, a constaté Maxime Cardin. « Les gens regardent la boîte où se trouve le défibrillateur, dit-il. On l’a depuis longtemps. Ils ont déjà failli l’utiliser, mais c’était la première fois qu’on s’en servait en fin de semaine. »