L’organisatrice du salon Roche papier ciseaux, la céramiste Rachel Grenon, est d’avis que le partenariat avec le nouvel événement Bromont Festif! créera un «grand engouement» auprès du public.

Un salon Roche papier ciseaux plus festif et interactif

La municipalité de Bromont vibrera pour une huitième année au rythme du salon des métiers d’art contemporain Roche papier ciseaux, qui se tiendra du 6 au 9 décembre au centre culturel St-John. Encore une fois, les organisateurs ont concocté une programmation éclatée, tout en élevant la barre d’un cran en accueillant une trentaine d’exposants.

Alors que les ventes en ligne croissent de façon exponentielle, amener les gens à prendre une bouffée d’air frais pour aller à la rencontre d’artisans relève de l’exploit. Un défi qui stimule l’organisatrice de l’événement, la céramiste Rachel Grenon. « Si tu veux que le public prenne une pause d’Internet, il faut que ta proposition soit très dynamique. Que ça sorte de l’ordinaire, a-t-elle mentionné en entrevue. Mais surtout, on veut que ce soit chaleureux. Que les visiteurs se sentent comme dans leur salon, avec une ambiance relaxe. Et ce qui fait notre succès, je crois, c’est que le plaisir est omniprésent dans l’expérience. À cela s’ajoute l’importance de l’achat local, avec tout le volet environnemental que cela comporte et les retombées dans la communauté. »

Cette année, le comité de sélection a choisi 28 exposants. Près de la moitié de ces artisans en seront à leur première participation au salon. Céramique, ébénisterie d’art, joaillerie, feutrage et impression textile seront notamment parmi les disciplines au menu. Question de faire de la place à tous ces artistes, l’organisation a optimisé l’espace disponible pour accueillir de nouveaux venus au sous-sol du centre culturel St-John. « On a nommé cette section Les Undergrounds pour leur faire un petit clin d’œil. On aura donc des objets incroyables autant en haut qu’en bas », a indiqué Rachel Grenon.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que le conseiller municipal responsable des dossiers culturels, Michel Bilodeau, envisage le lancement de cette huitième mouture. « On l’oublie souvent, mais la culture est un moteur économique. Roche papier ciseaux est un bel exemple de cet amalgame entre le monde des affaires, avec les commerçants, et l’expression artistique derrière toutes ces œuvres que le public peut se procurer », a-t-il confié en marge du point de presse, mardi.

Histoire de famille

Chaque année, le salon Roche papier ciseaux rend hommage à un artisan qui a permis de faire progresser les métiers d’art. Cette fois, on parle plutôt d’un quatuor: le Studio Surette, composé de Susan et Richard, parents d’Akycha et Amun. « Bromont est une ville que l’on adore depuis longtemps. Le côté artistique y est bien présent. C’est très excitant que l’on souligne notre histoire », a confié Akycha. Artiste multidisciplinaire (peinture, dessin et impression, entre autres), la jeune femme résidant à Brigham voit 2018 comme une transition, voire un tremplin. « Je crois que ce sera un événement assez incroyable. On devrait avoir un kiosque l’an prochain », a-t-elle fait valoir.

De son côté, Amun déploie ses talents en sculptant le métal, le bois, la pierre et le verre. La pomme n’est pas tombée loin de l’arbre, car la céramique et l’art textile font notamment partie de l’ADN de leurs parents. En plus de laisser libre cours à sa créativité, Susan enseigne l’histoire de la céramique, du textile et des métiers d’art au Department of Art History de l’Université Concordia. Elle est aussi conférencière et auteure d’articles spécialisés dans son créneau. De son côté, Richard a fait également sa marque dans le textile puis en tant que céramiste. Les œuvres d’Akycha et Amun voyagent dans les galeries d’Ottawa, Montréal et Toronto.

Complémentaire

Cette année, Tourisme Bromont a décidé de mettre un peu de piquant dans la frénésie du temps des Fêtes en lançant Festif Bromont!, un événement complémentaire au salon Roche papier ciseaux. Une combinaison qui plaît particulièrement au maire de Bromont, Louis Villeneuve. « La vie culturelle est importante et bien représentée ici. C’est signe de la vitalité de Bromont. On voit que de plus en plus de gens adoptent Roche papier ciseaux, qui se bonifie d’année en année. En faire un événement festif avec une belle programmation et en incluant les commerçants est une très bonne idée », a-t-il indiqué en entrevue.

Une initiative portée par la directrice du développement touristique de Bromont, Marie Allaire. « On voulait avoir une portée encore plus grande pour le salon des métiers d’art. On est allés voir les commerçants pour leur proposer de mettre en valeur des artistes au sein même de leur commerce. Et 11 d’entre eux ont répondu à l’appel », a-t-elle mentionné en point de presse.

Dès le week-end du 1er et du 2 décembre, des activités pour les petits et les grands sont au programme. Parmi celles qui retiennent l’attention, un mélange de conte et de bricolage aura lieu dès 10 h à la bibliothèque. Puis, en soirée, les amateurs de poésie sont conviés à la Maison Oléa, où s’entrecroiseront musique, art lyrique et dessin lors de l’événement intitulé Oblique solstice. De plus, le train Orford Express sera de retour à Bromont au cours de cette fin de semaine.

Le 8 décembre, à la place des Festifs (future place publique, rue Shefford), les visiteurs pourront notamment y prendre une pause pour se réchauffer autour d’un feu tout en mangeant les fameux « S’mores », composés de guimauve et chocolat. À cela s’ajoute une panoplie de prestations musicales, ponctuées d’arrêts gourmands.

La série d’événements de Festif Bromont! culminera le 9 décembre avec le spectacle de Bruno Pelletier, Noël intime, qui sera accompagné pour l’occasion de son quatuor piano-cordes à l’église Saint-François-Xavier.

Pour de plus amples renseignements à propos du salon, consulter le site rochepapierciseauxmac.com et pour Bromont Festif!, tourismebromont.com