Un acheteur aimerait construire des maisons sur le terrain de golf de Lac-Brome.

Un promoteur immobilier reluque un terrain de golf

Le terrain de golf de Lac-Brome est dans la mire d'un promoteur immobilier. Des discussions sont en cours avec les propriétaires pour vendre les 67 hectares du site en plus d'un terrain adjacent où un lotissement est déjà existant.
Les propriétaires du club de golf et du terrain contigu concerné, Paulette et Alcide Allard, ont rencontré en février le maire de Lac-Brome Richard Burcombe et le directeur général de la Ville Gilbert Arel pour les informer qu'un acheteur « sérieux » s'était manifesté. Les deux parties sont en pourparlers depuis quelques mois, indique
M. Burcombe.
Il dit ne pas connaître l'identité du promoteur, combien de maisons il envisagerait construire et si les activités de golf seraient vouées à disparaître à moyen terme. « Le projet va être déposé et nos gens de l'aménagement du territoire vont regarder ça. On nous a dit que le golf resterait là, mais on ne sait pas s'il va avoir des changements au terrain », a-t-il dit en allusion au nombre de trous.
Le secteur où se trouve le terrain de golf Lac-Brome n'est pas dans le périmètre d'urbanisation de la Ville, reconnaît M. Arel. La MRC Brome-Missisquoi demande à ses municipalités membres de prévoir leur développement résidentiel à l'intérieur de leur périmètre respectif pour éviter l'étalement. Cette situation pourrait changer, a dit le directeur général. « On travaille à agrandir notre périmètre. »
La construction de maisons est possible sur un terrain situé au sud du terrain de golf, soutient M. Arel. Le couple Allard a fait lotir dix terrains à cet endroit au milieu des années 2000 dans le cadre de son projet baptisé Sanctuaire. Il a depuis été abandonné.
Projet de parc naturel sur la glace
L'arrivée d'un acheteur a eu pour effet de pousser le conseil municipal à mettre sur la glace la demande de Renaissance lac Brome (RLB) pour que le site devienne un parc naturel, a dit M. Burcombe en entrevue mercredi. Le groupe environnementaliste demande à la Ville de mettre le terrain de golf en réserve, une disposition légale par laquelle une municipalité gèle toute transformation d'un terrain le temps qu'elle décide si elle compte l'acheter.
Des représentants de RLB ont présenté leur projet de parc naturel à MM. Burcombe et Arel en janvier. Le maire a fait un compte rendu de cette rencontre aux autres membres du conseil. La demande a été accueillie avec ouverture, a-t-il dit.
« C'est un beau projet. Très intéressant. Mais on veut attendre pour voir ce que le promoteur veut faire. On essaie de développer notre ville et ça serait de bons revenus pour nous », a-t-il expliqué. « Si ça ne fonctionne pas, si ça n'avance pas, on va réétudier la demande de Renaissance. On va voir ce qu'on va faire, si on va l'acheter pour en faire un parc. »
M. Burcombe n'a pas voulu donner un échéancier à l'intérieur duquel le projet devra avancer. « On va être patient », a-t-il simplement dit.
Une flèche à RLB
Le maire n'a d'ailleurs pu s'empêcher de décocher une flèche à l'endroit de Renaissance lac Brome qui a fait parvenir aux médias lundi la lettre qu'adressait son président, Michel Delorme, à M. Burcombe plaidant la transformation du terrain de golf en parc naturel. « On ne s'attendait pas à ce qu'ils fassent ça. Il aurait pu nous donner un préavis », a déploré M. Burcombe.
Il assure que son administration est ouverte à l'idée de transformer le terrain de golf en parc, mais qu'elle ne céderait pas à la pression de le faire. Sur ce point, M. Burcombe a souligné que la propriété est à vendre depuis au moins cinq ans et que RLB ne s'est pas manifestée auprès des propriétaires pour l'acquérir.
Il n'a pas été possible mercredi de joindre le couple Allard.