La salle #1 du cinéma Princess de Cowansville était pleine à craquer de citoyens ayant répondu à l’appel de la mairesse Sylvie Beauregard pour assister à la présentation d’un projet de revitalisation et de densification du centre-ville.

Un projet immobilier et commercial fait salle comble à Cowansville

La salle #1 du cinéma Princess de Cowansville était pleine à craquer de citoyens ayant répondu à l’appel de la mairesse Sylvie Beauregard pour assister à la présentation d’un projet immobilier et commercial majeur au centre-ville de la municipalité.

Accompagnée du promoteur Guy Samson et de l’architecte Alain-Serge Marchand de la firme Groupe Marchand Architecture et Design, Mme Beauregard a présenté le plan de la municipalité pour redynamiser le centre-ville, soit le secteur du centre d’achat et du Tigre Géant, compris entre la rue Principale, la rue Albert et le boulevard de Dieppe.

« Le conseil municipal trouvait très important que le promoteur présente son projet à la population », a déclaré d’emblée la mairesse Beauregard. Elle a ajouté que plusieurs personnes, lors de consultations, lui avaient mentionné que le centre d’achat n’était pas utilisé à pleine capacité, qu’il y avait peu d’achalandage et qu’il manquait une épicerie dans ce secteur de la ville. « On ne voulait pas tout penser le projet et vous mettre devant le fait accompli, a plaidé la mairesse. On met la table ce soir, puis on va prendre en note vos commentaires. »

Selon à la fois le promoteur, l’architecte et la mairesse, la solution au problème d’achalandage dans les commerces et de désertification du centre-ville passe par l’augmentation du nombre de personnes qui y résident et une rénovation du milieu de vie.

La solution présentée est de revoir le zonage à cet endroit pour créer un espace commun pour le résidentiel et le commercial. On propose d’y construire trois bâtiments de huit étages à la place du talus qui borde actuellement le stationnement situé sur le boulevard Dieppe. Les deux premiers seraient composés de 48 unités et le dernier de 64 unités. Ensuite, un autre immeuble d’habitation serait construit au coin de la rue Albert et du boulevard Dieppe.

Le projet prévoit d’ajouter un stationnement souterrain sous les immeubles d’habitations ainsi que de la verdure au stationnement existant.

À cette étape du projet, MM. Marchand et Samson se sont contentés de montrer des images d’autres projets du même genre sur lesquels ils ont travaillé, dont le CRP de Cowansville, la revitalisation de l’usine Singer à Saint-Jean-sur-Richelieu et des résidences du Collège Saint-Césaire.

Printemps 2020

Si le projet va de l’avant, la construction des immeubles d’habitation pourrait débuter dès le printemps 2020, a déclaré le promoteur Guy Samson, qui prévoit aussi de rénover le centre d’achat et de construire une salle de spectacles. L’échéancier de ces derniers travaux dépend de l’agenda de la municipalité.

M. Samson a aussi confirmé que des demandes pour une succursale d’alimentation avaient déjà été déposées.

Le promoteur immobilier a aussi assuré que les logements seront proposés à un prix abordable et qu’ils seraient disponibles en location. Il n’est pas non plus question de condos.

Une consultation publique sur ce projet de revitalisation est prévue le 6 novembre prochain lors d’une assemblée publique.

Une salle de spectacle... sur le centre commercial

Le plan prévoit ainsi de rénover le centre commercial en remplaçant ses façades opaques par de grandes vitres et, surtout, d’ajouter une salle de spectacle sur le toit. Guy Samson a même dit rêver d’un restaurant sur le toit de la salle de spectacle, à la manière du restaurant Les Enfants Terribles à Magog.

On souhaite aussi y ajouter de grands ascenseurs pour en faciliter l’accessibilité.

Le réchauffement climatique était par ailleurs à l’ordre du jour : le projet prévoit des aménagements en périphérie du stationnement pour limiter la quantité des eaux de surface qui ruissellent jusque dans les égouts.

Réactions mitigées

M. Samson a conclu sa présentation en comparant la situation géographique de Cowansville avec celle de Granby et en disant qu’« il n’y a pas de raison que Cowansville ne devienne pas aussi gros que Granby ».

La conclusion de la présentation a fait réagir plusieurs citoyens, qui disaient ne pas souhaiter voir leur municipalité grossir à ce point. D’autres ont dénoncé la hauteur des développements, jugeant que les huit étages nuiraient au paysage.

D’autres ont plutôt salué cette initiative et jugent que la densification du centre-ville est une bonne solution pour augmenter l’achalandage autour d’un noyau urbain. « On ne coupe pas de forêt et on n’ouvre pas de nouvelles rues », a notamment salué le citoyen Pier-Philippe Labrie.