Une station-service et un restaurant pourraient s’installer à côté du carrefour giratoire que projette le ministère des Transports du Québec près du prolongement de l’autoroute 35.
Une station-service et un restaurant pourraient s’installer à côté du carrefour giratoire que projette le ministère des Transports du Québec près du prolongement de l’autoroute 35.

Un projet de station-service et de restauration rapide à Saint-Armand

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est
Une halte avec restauration rapide, station-service et dépanneur pourrait voir le jour près de la future autoroute 35, à Saint-Armand. Une demande pour modifier les usages du terrain est en cours d’approbation à la MRC Brome-Missisquoi.

La municipalité a été approchée par une entreprise à numéro pour réaliser un tel projet, il y a quelques années déjà, raconte la mairesse Caroline Rosetti. Bien qu’elle ne connaisse pas les détails du projet, elle sait qu’il s’agira d’un endroit où il sera possible de s’arrêter pour manger un repas d’une bannière de restauration rapide et pour faire le plein d’essence avant de passer les douanes américaines ou en arrivant au Canada.

Cependant, pour permettre cet usage, la municipalité a d’abord dû s’adresser à la MRC Brome-Missisquoi afin qu’elle modifie son schéma d’aménagement pour ce lot. Ensuite, Saint-Armand devra modifier son règlement d’urbanisme pour se conformer aux nouveaux usages.

Le projet verrait le jour à l’intersection de la route 133 et des chemins Champlain et du Moulin, là où sera construit un carrefour giratoire par le ministère des Transports du Québec. Le nouveau zonage ne concernerait que le terrain ciblé et n’affecterait pas les usages des lots voisins.

«C’est une pointe qui est déjà déstructurée par plein d’usages, explique Nacim Khennache, aménagiste à la MRC Brome-Missisquoi. Il y a une dizaine de résidences, une entreprise de transport et un garage dans ce coin-là. Nous, on va chercher le bout de la pointe juste à côté du carrefour giratoire, une petite superficie qu’on va dédier à un service routier de transit, à proximité de la sortie de l’autoroute, juste pour que ce soit logique pour que les utilisateurs de la route puissent, avant de passer les lignes, aller se restaurer ou s’approvisionner en essence.»

Répondre à un besoin

«C’est un bon endroit pour ça», ajoute Mme Rosetti. «Et c’est une bonne chose parce qu’on n’encourage pas nécessairement les camions-remorques à entrer dans le village.»

La dernière station-service à proximité de l’autoroute, pour les camions et automobilistes qui se rendent aux douanes de Saint-Armand par l’A35 puis par la route 133, par exemple, est à Saint-Jean-sur-Richelieu. M. Khennache précise qu’il y en a une à Saint-Alexandre, mais plus loin de la voie rapide.

Ce projet, s’il est accepté, permettra de répondre à un besoin.

Une séance d’information publique se tiendra par visioconférence, le 2 décembre dès 19 h, en cliquant sur ce lien. La consultation publique par écrit se tiendra du 3 au 17 décembre. Les questions et commentaires pourront être envoyés à M. Khennache par courriel au nkhennache@mrcbm.qc.ca.