Un projet de loi du Bloc québécois pour que les voyageurs soient remboursés

Stéphane Bouchard
Stéphane Bouchard
Le Quotidien
Le Bloc québécois a déposé vendredi un projet de loi pour que les voyageurs lésés par la pandémie de coronavirus obtiennent le remboursement complet des dépenses effectuées auprès des compagnies aériennes et des voyagistes.

À partir du mois de mars, pratiquement du jour au lendemain, des milliers de personnes ont dû revoir leurs plans de voyage afin de freiner la propagation du coronavirus. Beaucoup d’entre eux n’ont pas pu obtenir de remboursement pour ces voyages annulés par la fermeture des frontières et le confinement.

Les transporteurs aériens et les voyagistes ont plutôt proposé des crédits de voyage, souvent soumis à des conditions d’utilisation qui limitent les possibilités de ceux qui les ont obtenus.

Une pétition signée par plus de 32 000 personnes a d’ailleurs été déposée à la Chambre des communes par le député du Bloc et porte-parole de la formation politique en matière de Transports, d’Infrastructures et de Collectivités, Xavier Barsalou-Duval, le 19 octobre.

L’objectif derrière ce projet de loi est d’obliger les transporteurs à rembourser les voyageurs qui se retrouvent devant l’annulation d’un vol, peu importe les circonstances.

« Si le service n’est pas rendu, il doit y avoir un remboursement. Ça ne peut pas être plus clair que ça. Marc Garneau doit cesser de se cacher derrière l’Office des transports du Canada qui s’est lui-même rétracté quant au droit des compagnies aériennes de ne pas rembourser leurs clients. Ce projet de loi vient mettre fin à toute cette désagréable mascarade », a indiqué par communiqué le député bloquiste de Jonquière, Mario Simard, appuyé par son collègue de Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe.

Des remboursements, mais pas par tous

La semaine dernière, certaines compagnies aériennes, notamment WestJet, ont commencé à offrir des remboursements plutôt que des crédits de voyage.

Air Canada et Transat, qui elles aussi ont dû encaisser les conséquences de la pandémie de coronavirus, n’offrent toujours pas de remboursement sans condition pour ceux qui n’ont pas obtenu le service pour lequel ils avaient payé.

Depuis le début de la pandémie, le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, ne veut pas forcer la main des compagnies aériennes.

«Les [sociétés] aériennes et les aéroports ont encaissé un dur coup, alors c’est pour cela que nous travaillons sur un plan d’ensemble pour nous assurer que l’on puisse venir à l’aide du secteur aérien », a affirmé M. Garneau en chambre. Avec la Presse canadienne