Nouveau revers pour le conseil municipal de Granby qui souhaitait permettre la construction d’habitations unifamiliales jumelées dans le secteur de la rue Forget, au nord de Robitaille.

Un projet de jumelés à nouveau bloqué à Granby

Nouveau revers pour le conseil municipal de Granby qui souhaitait permettre la construction d’habitations unifamiliales jumelées dans le secteur de la rue Forget, au nord de Robitaille. Les résidants du secteur ont signé en grand nombre le registre de la Ville pour s’y opposer.

Pas moins de 106 personnes ont manifesté leur désaccord avec le changement de zonage proposé en signant le registre de la Ville, alors que 48 signatures étaient nécessaires pour inciter le conseil municipal à tenir un référendum ou à retirer le règlement.

Les élus ont opté pour cette dernière option mardi soir, lors de la séance du conseil. Un référendum aurait entraîné des coûts de 4000 $. La décision est toutefois loin de réjouir le maire, Pascal Bonin. « C’est un autre revers, une autre gifle pour le conseil. [...] Encore une fois, les citoyens bloquent un projet de densification relativement faible. On va se dire les choses comme elles sont », a-t-il laissé tomber.

Le maire a fait valoir que le conseil municipal a pour mandat de « faire progresser » la Ville et son économie. « Je pense qu’on fait relativement un bon travail. Mais là, on est contre-productifs à cause des citoyens qui nous bloquent. C’est peut-être une soixantaine de comptes de taxes et de taxes de bienvenue qu’on laisse carrément là pour le plaisir de ne pas avoir de jumelés », a-t-il ajouté en affirmant que les raisons évoquées par certains citoyens pour justifier ce refus sont « excessivement faibles ».

Une résidante du secteur a pour sa part dit craindre que les habitations jumelées ne s’harmonisent pas « au cachet » du quartier déjà établi.

Accès à la propriété
Ce genre de décision nuit toutefois à ceux et celles qui souhaitent acquérir une première propriété. Les mises de fonds sont de plus en plus importantes. Et une habitation jumelée peut être une option intéressante pour plusieurs, a rappelé le maire Bonin, à l’instar de la dernière séance du conseil municipal.

« Quand on fait ça, on envoie du monde à Waterloo, à Saint-Alphonse, un peu partout, alors qu’on est en pénurie de main-d’œuvre et qu’on cherche par tous les moyens à avoir de la main-d’œuvre chez nous. Et nous, on dit que les maisons les moins chères sur le marché et que les gens veulent, on n’en veut pas, on veut de l’unifamiliale », déplore Pascal Bonin.

Bonin n’abandonne pas
Celui-ci n’est toutefois pas prêt à lancer la serviette. Il affirme vouloir retravailler les dossiers récemment rejetés par les citoyens au registre pour les amener à nouveau à la table du conseil. « On va travailler d’une autre façon. Si la démocratie ça sert à bloquer pour le ‘‘pas dans ma cour’’, je m’excuse, mais ce n’est pas de la démocratie. Il y a une poignée de citoyens qui sont contents ce soir, mais l’ensemble de la Ville est perdante », estime le maire.

Ultimement, ces décisions qui privent la Ville de revenus pourraient aussi se traduire par des hausses de taxes pour les résidants, a souligné le maire.

Le mois dernier, un projet de construction de maisons jumelées, situé près de la rue Palmer-Cox, a aussi fait beaucoup de bruit à l’hôtel de ville. Le conseil municipal a également dû reculer, un nombre important de citoyens visés par le changement de zonage ayant manifesté leur désaccord, à l’étape de la signature du registre.