L’augmentation de la clientèle étudiante justifie cet investissement, explique Yvan O’Connor (à droite), directeur général du Cégep de Granby. « Ça reflète nos besoins et notre vision », dit le directeur des services administratifs, François Deschênes.

Un projet de gymnase de 8,5 M$ au Cégep de Granby

Les grands projets se succèdent au Cégep de Granby. Après le réaménagement de l’église Notre-Dame, qui accueillera des cours en Techniques de génie mécanique et Technologie du génie industriel, le collège planche sur un nouveau gymnase qui devrait être érigé sur pilotis au coût de 8,5 M $.

« Pas sur pilotis, ça serait moins cher, mais on ne peut pas perdre de vue la réalité de nos étudiants », indique François Deschênes, directeur des services administratifs. Cette réalité, c’est que les voitures sont désormais omniprésentes autour du cégep.

Pas question de perdre des cases de stationnement en bordure de la rue Saint-Jacques, donc. Leur nombre sera d’ailleurs augmenté puisqu’un immeuble à proximité sera démoli. Un débarcadère fera aussi son apparition.

Saturation
L’augmentation de la clientèle étudiante et les besoins du cégep justifient cet investissement, explique le directeur général Yvan O’Connor. « Nos plateaux sportifs sont utilisés à saturation et le gouvernement a toujours sous-estimé les prévisions de fréquentation de notre clientèle étudiante. »

Dans huit ans, on prévoit que 2246 étudiants arpenteront les couloirs de l’établissement contre 2079 aujourd’hui. L’impact de l’activité physique sur la réussite et la persévérance des élèves n’est pas à négliger non plus, dit le DG. Le futur gymnase sera aussi un « facteur d’attraction ».

M. O’Connor poursuit: « On a 14 équipes sportives et par manque de plateaux, on loue parfois des espaces au complexe Artopex, ou on tient des événements le week-end, ou on s’entraîne à l’extérieur... On loue aussi nos gymnases à des particuliers pour du badminton, par exemple, mais c’est de moins en moins disponible. »

Équipé d’un ascenseur, l’espace aura grosso modo la même superficie que le grand gymnase actuel et pourra y être jumelé, permettant au cégep d’accueillir des événements sportifs, culturels ou commerciaux d’envergure. De nouveaux vestiaires et des bureaux supplémentaires feront aussi leur apparition dans la structure où le bois sera privilégié.

L’aménagement sur pilotis est aussi nécessaire puisque le cégep, enclavé au centre-ville, ne peut s’agrandir qu’en hauteur. « Ça reflète nos besoins et notre vision », dit M. Deschênes, tout en précisant que « le design pourrait changer ».

Financement
Les hauts fonctionnaires de Québec ont été rencontrés et une demande de financement officielle sera acheminée au ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport, par le biais du Progr.

Québec préfère que le montage financier de ce type de projet soit fait en partenariat avec des entreprises locales, reconnaît M. O’Connor. Mais la chose est difficile dans une ville de taille moyenne comme Granby et où plusieurs grands projets (église Notre-Dame, piscine municipale) sont déjà en chantier, dit-il.

La balle est donc dans le camp du Ministère. Advenant une réponse positive, le cégep aura deux ans pour terminer la construction. Les deux gymnases dont dispose présentement le Cégep de Granby, respectivement de 730 et 400 mètres carrés, ont été construits au début des années 1960.

Équipé d’un ascenseur, le plateau sportif aura grosso modo la même superficie que le grand gymnase actuel et pourra y être jumelé.

LA CAFÉTÉRIA SERA RESTAURÉE

Adieu murs jaunes et chaises de type « McDo ». Le Cégep de Granby investira 750 000 $ pour rénover sa cafétéria. Un appel d’offres sera émis la semaine prochaine pour les travaux qui devront être exécutés cet été.

Autant le mobilier que l’éclairage, la ventilation et les cuisines bénéficieront d’une cure de jouvence. À des tables rondes s’ajouteront des banquettes et des comptoirs surélevés équipés de branchements pour appareils électroniques. Le vert aura désormais préséance, une couleur renforcée par l’installation de « murs végétaux ».

Des améliorations qui s’ajoutent au million de dollars investi à l’été 2017 dans la réfection du corridor des services aux étudiants, là où se trouvent notamment le café et l’association étudiante. Les murs ont été rafraîchis en blanc, l’air conditionné a été installé, la clinique santé a été déménagée et rénovée et un nouveau laboratoire en soins infirmiers, où on a recréé une chambre d’hôpital, a vu le jour.