On voit ici le terrain limitrophe à la Maison Au Diapason où la firme Bousada projette d’établir son quartier général. Le bâtiment serait principalement constitué d’espaces de bureau.

Un projet commercial inquiète les dirigeants de la Maison Au Diapason

La firme Bousada, spécialisée dans le couvre-plancher industriel et commercial, veut établir son quartier général à proximité du boulevard Pierre-Laporte à Bromont. Un projet de plusieurs millions de dollars qui amènerait une cinquantaine de nouveaux travailleurs dans la municipalité. Or, le terrain ciblé est adjacent à celui de la maison de soins palliatifs Au Diapason, ce qui préoccupe les dirigeants de l’organisation.

Le président de la Maison Au Diapason, Dr Christian Beauchesne, a pris la parole lors de la séance du conseil, lundi. D’entrée de jeu, il a évoqué que le choix du site pour y ériger l’établissement avait été un défi en soi étant donné la vocation de l’endroit. « Ce qui contribue à la qualité des soins, c’est l’environnement, a-t-il indiqué. On se fait dire régulièrement que c’est un havre de paix, qu’il y a du silence. Lorsque nous prenons connaissance du développement limitrophe à la maison, que ce soit résidentiel ou commercial, nous sommes extrêmement préoccupés. »

Le Dr Beauchesne se dit néanmoins conscient de l’importance de ce type de projet. « On peut comprendre que des développements comme ça sont précieux, car ça apporte des emplois, a-t-il fait valoir. Mais je pense qu’avec un peu de sagesse et de créativité, il y a moyen d’aménager quelque chose qui va respecter la quiétude de notre maison et notre mission. »

Les élus devaient initialement trancher, lundi, concernant la demande de construction du bâtiment commercial. Ils ont décidé « à l’unanimité » de reporter le point à la prochaine séance du conseil. « On va continuer à réfléchir, à discuter avec [les deux parties] pour s’assurer qu’on puisse avoir un développement harmonieux autour du Diapason », a mentionné le maire Louis Villeneuve.

Ouverture

Selon le directeur général de Bromont, Éric Sévigny, le projet de Bousada n’entre pas en contradiction avec les activités de la maison de soins palliatifs. « Le projet s’apparente davantage à des services professionnels. Ça ne devrait pas brimer la quiétude des lieux. On est tout de même en mode questionnement. Y aura-t-il de l’entreposage extérieur ? Les opérations feront-elles du bruit ? On veut s’assurer d’avoir des réponses avant d’aller plus loin », a-t-il fait valoir en entrevue.

Appelé à commenter le dossier, le vice-président de l’entreprise spécialisée dans la pose de couvre-plancher, Sébastien Brisebois, a tenu à se faire rassurant. « Nous ne sommes pas une entreprise de construction, a-t-il tenu à préciser. On n’a aucun équipement lourd ni machinerie. [...] On n’a pas de va-et-vient avec des flottes de camions. En fait, on aura près de 45 employés de bureau. On parle d’estimateurs, de coordonnateurs de projets, de gens aux ventes. Le bâtiment sera notre siège social. Il n’y aura pas de conteneurs extérieurs et nos camions seront même lavés à l’intérieur. » Une portion de 3000 pieds carrés dans l’immeuble sera dédiée à entreposer quelques produits pour les chargés de projets, a indiqué le dirigeant de Bousada.

Ce dernier se dit par ailleurs « très content » de la servitude boisée séparant le site du Diapason de celui que son entreprise veut acquérir. « On veut garder l’aspect nature. On n’arrive pas là avec une cour clôturée et des lumières partout. [...] Et s’il faut faire des ajustements, on est très ouverts à les faire en collaboration avec tout le monde. »

Selon M. Brisebois, une rencontre est au programme vendredi avec les dirigeants de la Maison Au Diapason pour leur présenter le projet. Il n’a pas été possible de corroborer cette information mardi auprès de la directrice générale de l’organisation, Marie-Josée Filteau. Si tout se déroule comme prévu, les travaux seront lancés l’automne prochain.