Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le vélo occupera une place prépondérante dans le projet Goutz’y, qui propose une série d’ateliers sur les saines habitudes de vie aux jeunes de 13 à 18 ans.
Le vélo occupera une place prépondérante dans le projet Goutz’y, qui propose une série d’ateliers sur les saines habitudes de vie aux jeunes de 13 à 18 ans.

Un programme pour que les jeunes mordent dans la vie

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Un esprit sain dans un corps sain. C’est ce que propose le programme Goutz’y, qui se veut une combinaison d’ateliers portant sur les saines habitudes de vie pour les jeunes de 13-18 ans, notamment en ce qui concerne l’alimentation et le sport. Le projet, porté par le Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB) en partenariat avec le centre Marguerite Dubois, verra le jour dans les locaux du tout nouveau vélodrome intérieur en construction.

À l’étroit dans ses locaux, le centre Marguerite Dubois déménagera ses cuisines à l’intérieur du centre multisports attenant au vélodrome intérieur. L’idée d’utiliser ces équipements pour que des jeunes, provenant principalement de milieux vulnérables, s’imprègnent de saines habitudes alimentaires fut rapidement mise sur les rails. «Au centre, on veut trouver des projets pour aider les jeunes. Avec Goutz’y, on a tout ce qu’il faut pour y arriver», a fait valoir la directrice générale du centre Marguerite Dubois, Valérie Marin.

Son homologue au CNCB, Nicolas Legault, n’a pas hésité à plonger dans l’aventure. «On a une belle opportunité d’avoir une cuisine communautaire dans les nouveaux locaux. On devait trouver un moyen de faire quelque chose pour les jeunes, a-t-il mentionné. De les aider à bien se nourrir et à faire de l’activité physique. On est vraiment très enthousiastes parce qu’on sait que les retombées seront bien concrètes.»

Le DG du CNCB, Nicolas Legault.

Une ferveur que partage le maire de Bromont, Louis Villeneuve. «Ce projet est définitivement un plus pour la communauté, a-t-il indiqué. Le centre Marguerite Dubois fait tellement pour la collectivité. Le CNCB aussi. C’est exceptionnel qu’ils s’unissent pour le bien des jeunes.»

Sociofinancement

Le CNCB souhaite lancer «d’ici la mi-mai» une campagne de sociofinancement via la plateforme La Ruche pour boucler le projet, a soutenu Nicolas Legault. En plus de la cuisine du centre, une seconde sera aménagée pour donner des cours de cuisine aux jeunes et aux aînés. L’objectif global est d’amasser 100 000$. La moitié de cette somme est déjà en banque, a confirmé le DG du Centre national.

L’adhésion à la campagne de financement participatif ouvre une porte intéressante au projet Goutz’y. En effet, le fonds Mille et un, une initiative du Secrétariat à la jeunesse du Québec, pourrait doubler le montant recueilli jusqu’à concurrence de 100 000$.

La DG du centre Marguerite Dubois, Valérie Marin.

Des fondations viendront soutenir le projet après les trois premières années pour offrir les services gratuitement à une soixantaine de jeunes par année.

Complémentarité

Le programme se déroulera sur deux jours. Les candidats seront hébergés au CNCB. Les volets psychosocial et nutrition seront assurés par l’équipe du centre Marguerite Dubois. On parle notamment d’ateliers touchant à l’hygiène de vie, comme la méditation. De son côté, le CNCB s’occupera du volet sportif. «On veut que les jeunes découvrent comment bouger en utilisant le vélo dans la vie de tous les jours. On veut aussi les amener à se dépasser, en repoussant leurs limites en faisant de l’activité physique.» Si tout se déroule comme prévu, le programme Goutz’y pourrait accueillir ses premiers candidats à l’automne 2022.