Bernard Tétreault, enseignant, participe à sa dernière journée en carrière à une activité de pêche. Il est ici accompagné de trois de ses élèves, d’Annick Brunelle, ancienne étudiante, et d’Alain Mochon, responsable du service de la conservation­ et de l’éducation du Parc national de la Yamaska.

Un prof de l'école St-André célèbre sa retraite en amenant ses élèves à la pêche

En ce lundi matin ensoleillé, deux classes de l’école Saint-André de Granby se sont déplacées au parc national de la Yamaska. Une activité de pêche était prévue pour les élèves de cinquième année, afin de souligner le départ de leur enseignant qui prend sa retraite le jour même.

Bernard Tétreault adore la nature. Ce projet est sa propre initiative. « Les journées en plein air, telles les randonnées en montagne et la pêche, ont toujours fait partie des activités que je faisais avec mes élèves », indique-t-il.

Le futur retraité a passé les 35 dernières années de sa vie à enseigner à des enfants du primaire. L’écologie occupe beaucoup de place au sein de son enseignement. Lui qui est très actif ne manque pas une occasion d’amener ses étudiants à des activités extérieures pour éveiller en eux des valeurs environnementales.

Les enfants, qui semblaient apprécier la formation leur apprenant les bases de la pêche, n’avaient que de bons mots à l’endroit de leur professeur. Ils assurent avoir aimé leur dernière année scolaire.

« On passe du bon temps en classe avec lui et ça me motive à me présenter en cours », lance Gabriel. « Il fait des blagues, il est toujours positif et je veux aller à l’école grâce à lui », ajoute dans la même veine Nolan.

« La diversification pédagogique de Bernard y est pour beaucoup », explique Annick Brunelle, ancienne élève présente sur place. Elle travaille maintenant dans sa classe comme technicienne en éducation spécialisée. Le professeur tente de trouver des façons originales d’enseigner afin de maintenir l’attention de ses étudiants.

Toujours selon Mme Brunelle, l’enseignant pousse les jeunes à réfléchir sur l’environnement avec son discours éducatif. « Grâce à lui, je me suis intéressé aux oiseaux », mentionne-t-elle.

Bernard Tétreault prend le temps d’aider ses élèves avec leurs hameçons.

Pêcheurs en herbe

Alain Mochon, responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national de la Yamaska, avait mentionné l’existence du programme « Pêche en herbe » à M. Tétreault.

« Les jeunes de 9 à 12 ans peuvent y participer. De plus, on donne un permis de pêche valide jusqu’à leur maturité », souligne M. Mochon.

Un ensemble de pêche pour débutant est aussi remis aux enfants afin qu’ils puissent pratiquer l’activité.

Pêche en herbe cherche à soutenir la relève dans ce sport, et est initié par la Fondation de la faune du Québec en partenariat avec Canadien Tire.

Rétroaction

Bernard Tétreault rêvait d’exercer trois types de métiers dans sa vie. Il aura finalement été enseignant toute sa vie professionnelle. Il songeait pourtant travailler dans les métiers de la construction, ainsi que dans un camp de plein air. En fin de compte, il ne regrette aucunement ses choix.

Il a réussi à combler ces manques par le biais de ses loisirs. Il a notamment fait plusieurs travaux de rénovation dans sa demeure. Le côté nature, il a réussi à l’intégrer dans sa pédagogie avec ses élèves.

Le professeur envisage sa retraite avec sérénité, en ayant le sentiment du devoir accompli.

Sa nouvelle réalité va lui permettre de se consacrer à des projets qu’il avait mis de côté jusqu’ici en raison de son emploi du temps très chargé. Il souhaite par exemple devenir apiculteur amateur. Dès mardi, il construira sa ruche.

Il restera donc actif ! « Je vais peut-être me bercer un peu, mais je ne vais pas tout relâcher », image l’enseignant.