Un premier jardin collectif vient de voir le jour à Farnham. Dans l’ordre habituel : Jean-Yves Boulianne, Suzanne Dubuc, Julie Bergeron, Sylvie Ouellette et Patrick Melchior.

Un premier jardin collectif à Farnham

Les Farnhamiens sont invités à se mettre les deux mains dans la terre en s’impliquant dans le premier jardin collectif. L’initiative pourrait même faire boule de neige et permettre l’aménagement de jardins dans d’autres quartiers de la municipalité l’an prochain.

« C’est un projet qui me tient à cœur. Tout le monde devrait pouvoir produire ses propres légumes. Même si on est à la campagne, ce n’est pas tout le monde qui a accès à un espace de jardinage », indique Julie Bergeron, une horticultrice nouvellement installée à Farnham qui est également l’instigatrice du premier jardin collectif.

La jeune femme invite les citoyens qui ont le goût de jardiner à se manifester. Une première rencontre avec les personnes intéressées permettra de décider quels légumes seront semés et plantés d’ici les deux prochaines semaines ainsi que de connaître les heures pendant lesquelles les jardiniers peuvent s’impliquer.

« Ça prend des citoyens qui sont motivés à participer, à s’approprier le projet, ajoute Mme Bergeron, qui a été responsable à deux occasions de jardins collectifs pour des organismes communautaires à Montréal. Le but, c’est que tout le monde vienne jardiner, que tout le monde récolte. Si on s’inscrit à un jardin collectif, ça implique qu’on veut venir jardiner, se pencher, désherber, semer, cultiver, se salir un peu », énumère l’horticultrice.

Les récoltes seront partagées parmi les participants.

La Ville de Farnham a accepté de fournir un espace d’une superficie de 1500 pieds carrés au parc Uldège-Fortin, près de la piscine St-Bruno. La préparation du jardin a nécessité quatre voyages de terre et l’ajout de compost. Il ne reste plus qu’à planter et semer des légumes. Les jardiniers auront accès à l’eau déjà disponible dans le bâtiment de la piscine.

« On est proche des résidences pour personnes âgées ici et il y a des gens encore assez en forme pour venir jardiner », affirme Jean-Yves Boulianne, conseiller municipal à la Ville de Farnham. « Ça réunit les citoyens, renchérit Mme Bergeron. Ça amène de la vie dans le quartier. Et pour les gens qui ont moins de sous, ça amène une forme d’autonomie alimentaire. »

Les élus font également appel au respect des citoyens à l’égard du jardin collectif. Des biens publics ont récemment été la cible de vandales et ils espèrent que pareille situation ne se reproduira pas. « Il y a des efforts qui sont faits pour la communauté. C’est tout le monde qui paie pour ça », indique M. Boulianne.

Bien que le projet en soit à ses premiers balbutiements, l’instigatrice propose déjà l’ajout d’autres jardins. « Il pourrait y avoir des jardins dans plusieurs milieux : un jardin collectif des ados, un pour les personnes âgées, pour les enfants dans les CPE », énumère-t-elle.

Une idée qui rejoint le maire de Farnham. « On était rendu à avoir un jardin collectif, affirme Patrick Melchior. C’est un projet pilote, mais on espère que ça fera des petits. Pourquoi ne pas avoir un jardin par district ! », propose-t-il.

Les personnes intéressées à s’impliquer dans le jardin peuvent contacter l’horticultrice par courriel à julyberg@yahoo.ca.