De gauche à droite: le chanteur Matt Lang, porte-parole de l’événement, Guylaine Tétreault, DG du Brome Fair, ainsi que Shantal Bourdelais et Pierre Poulin, les instigateurs du Festival New Country Brome.

Un premier festival New Country au Québec

La vague New Country déferlera jusqu’à Brome cet été. Les 26, 27 et 28 juillet, la petite municipalité accueillera le tout premier festival dédié à ce genre musical dans la province.

« Il existe beaucoup de festivals country au Québec, mais le New Country, c’est autre chose. Ça plait à un plus large public grâce à son côté festif et son vaste champ musical », souligne Pierre Poulin, l’un des organisateurs, précisant que les États-Unis et le Canada anglais ont déjà succombé au charme de ce qu’on appelle également la pop country depuis une dizaine d’années, et que « la vague s’approche de nous ».

Désirant surfer sur celle-ci, lui et Shantal Bourdelais — qui se sont connus dans le cadre de l’organisation du 375e de Montréal — ont commencé à élaborer un événement rassembleur unique. « On voulait créé une sorte de village où les gens pourraient passer le week-end, un peu comme ça se fait au Boots and Hearts ou au Music in the Fields [deux festivals country d’envergure en Ontario, ndlr]. » « On a visité beaucoup de sites, on s’est promené partout au Québec, et on est littéralement tombé en amour avec celui du Brome Fair », indique Mme Bourdelais pour expliquer le choix de l’emplacement.

« C’est vraiment excitant pour nous d’avoir ça sur place parce que je crois que ça va ramener les deux communautés, francophone et anglophone, ensemble », a souligné la DG de Brome Fair,
Guylaine Tétreault.

Un village et des spectacles

Une quinzaine de spectacles seront proposés au cours des trois jours que durera le Festival New Country Brome. Le porte-étendard du New Country au Québec Matt Lang, qui agit également à titre de porte-parole de l’événement, sera évidemment de la partie.

« Je suis vraiment très heureux d’être de cette première édition, et je crois vraiment que cet événement a tout pour réussir, qu’il va très bien marcher », a exprimé le chanteur, présent lors de la conférence de presse jeudi avant-midi.

Les artistes de renom Paul Brandt, The Washboard Union, Tebey, Chase Rice, Meghan Patrick et Aaron Goodvin viendront également faire leur tour, tout comme Sara Dufour et Amélie Hall.

Deux scènes seront aménagées, des espaces ont été prévus pour le camping et le caravanage, et des box seront disponibles pour les chevaux. Les gens pourront d’ailleurs monter en selle et profiter de balades guidées, laisse savoir
M. Poulin.

Un saloon sera aménagé pour accueillir les danseurs, et plusieurs autres activités seront offertes (volley-ball, pétanque, tapis d’eau, etc.) en plus de kiosques de restauration et de camions de rue.

Les organisateurs entendent mettre en valeur les produits alimentaires de la région, tout comme ils comptent faire participer les gens de la région en créant des emplois.

« On souhaite se positionner non seulement comme un beau festival régional, mais aussi provincial, national et international », ont-ils en outre laissé savoir.

Ils feront d’ailleurs de la publicité pour l’événement un peu partout au Québec, dans le Canada anglais et au Vermont. « On aimerait attirer 15 000 personnes sur trois jours pour cette première édition, mais on se fait dire qu’on est pessimiste », mentionne M. Poulin.

Les passes de trois jours sont offertes pour un temps limité à 99 $ (prix régulier de 130 $). Il est également possible d’acheter des billets à la journée à un prix variant de 44 à 74 $. Pour la programmation détaillée et les billets, on visite le www.festivalnewcountry.com.