Le député sortant Pierre Breton a été pris pour cible à maintes reprises au courant de la soirée, notamment sur le bilan du gouvernement sortant en matière de protection de la gestion de l’offre.

Un premier face-à-face entre candidats dans Shefford

L’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Haute-Yamaska a accueilli un premier débat informel entre trois candidats de la circonscription de Shefford, mercredi. L’organisation agricole avait invité les candidats à venir présenter leur vision des enjeux agricoles, mais le débat s’est par moment transporté dans le public et les organisateurs.

Trois des six candidats de la circonscription de Shefford ont pris part au débat organisé à l’érablière Martin, à Sainte-Cécile-de-Milton. Pierre Breton (Parti libéral du Canada), Raymonde Plamondon (Nouveau Parti démocratique) et Nathalie Clermont (Parti conservateur du Canada) étaient présents. Il manquait autour de la table Andréanne Larouche (Bloc québécois), qui est tout de même venue rencontrer les membres de l’UPA en fin de soirée, Katherine Turgeon (Parti vert du Canada) et Mariam Sabbagh (Parti populaire du Canada).

Les organisateurs proposaient aux candidats de présenter à tour de rôle leur vision sur l’agriculture, avant de permettre aux membres du public de poser leurs questions.

Le député sortant Pierre Breton a été pris pour cible à maintes reprises au courant de la soirée, notamment sur le bilan du gouvernement sortant en matière de protection de la gestion de l’offre.

Le plan de compensation aux producteurs laitiers annoncé par le gouvernement libéral pour compenser les pertes de marché suite à la signature du nouvel accord de libre-échange avec les États-Unis a été décrié comme « un chèque du BS » par un agriculteur de la région.

La candidate conservatrice Nathalie Clermont a également interpellé le député sortant sur le bilan de son gouvernement.

Pierre Bell, animateur de la soirée et vice-président de l’UPA en Haute-Yamaska, a aussi pris part au débat en lançant quelques salves sur le bilan libéral en agriculture.

AbonnezvousBarometre

Le président de l’UPA en Haute-Yamaska, Jérôme Ostiguy, a conclu la rencontre par un discours pour souligner l’importance des agriculteurs, l’unicité de leurs besoins et pour dénoncer certains éléments du bilan du Parti libéral.

Malgré le déroulement de la soirée, Pierre Breton estimait qu’il s’agissait tout de même d’une rencontre pertinente en début de campagne. « C’est normal que tout le monde ne soit pas d’accord avec nos idées. Mis à part le début et le discours de fin, je pense que c’était quand même un bon débat. J’ai pu expliquer mes idées et répondre à des questions pertinentes », estime-t-il.