Les épreuves, dont les départs étaient tous donnés à la plage du lac Bromont, emmenaient les sportifs dans les sentiers C1 et C6 pour les portions de course à pied ainsi que dans les rues du secteur du centre de ski pour ce qui est du trajet à vélo.

Un premier cross-triathlon à Bromont

Sous un soleil de plomb et une chaleur accablante, les sportifs ont nagé, pédalé et couru sans se ménager lors du tout premier cross-triathlon de Bromont, samedi.

L’événement était attendu des sportifs. Une seule autre compétition de ce type existe au Québec et celle de Bromont est unique dans les Cantons-de-l’Est.

Samedi, les participants évoluaient dans un décor des plus champêtres. Les épreuves, dont les départs étaient tous donnés à la plage du lac Bromont, emmenaient les sportifs dans les sentiers C1 et C6 pour les portions de course à pied ainsi que dans les rues du secteur du centre de ski pour ce qui est du trajet à vélo.

Les sportifs avaient le choix entre trois épreuves à intensité variée. Selon le site Sportstats, Steve Croucher (catégorie M18-29) a réalisé le meilleur temps du « Standard », soit un kilomètre de nage suivi de 22,8 km à vélo puis de 8 km de course à pied.

Il a terminé le parcours en 2 h 10 min, suivi de près par Carlos Chang (catégorie M30-39).

Le parcours d’intensité moyenne « Découverte », qui s’étirait quant à lui sur 500 m de nage, 12,8 km de vélo et 4 km de course, a été complété en 1 h 18 par Jean-François Carrier (M20-39).

Le troisième parcours était en fait un duathlon, puisque la portion de nage dans le lac Bromont était absente. Les sportifs devaient courir 2 km et pédaler 22,8 km pour finalement courir de nouveau 8 km à pied. Selon les résultats sommaires, la gagnante Christel Ferrier (catégorie F18-39) aurait terminé les exigeantes épreuves en 2 h 19 min.

Selon les organisateurs du cross-triathlon de Bromont, seulement 225 places étaient disponibles pour participer au défi sportif. 

Sur les 225 places disponibles pour participer au défi sportif, 125 ont pris part à l’événement.

«Pour une première édition c’est très bien, surtout qu’il y avait de gros événements dans la province en même temps. L’an prochain, on va réviser la date pour s’agencer avec le calendrier des autres événements», explique l’organisatrice Audrey Larroquette qui était directrice logistique du cross-triathlon.