Le capitaine au soutien opérationnel et technologie de l’information au Service de police de Granby, le capitaine Christian­ Bonneau

Un poste de police dernier cri

Les salles d’entrevues et d’interrogatoires du Service de police de Granby sont maintenant équipées à la fine pointe de la technologie. Les DVD et les cassettes VHS cèdent ainsi leur place au numérique pour l’enregistrement des rencontres avec les victimes et des interrogatoires.

« C’est une tout autre technologie. C’est un très gros changement », affirme Christian Bonneau, capitaine au soutien opérationnel et technologie de l’information au Service de police de Granby, qui a fait visiter les nouvelles installations à La Voix de l’Est.

La salle d’entrevue, principalement utilisée pour la rencontre des enfants victimes d’abus physiques ou de crimes à caractère sexuel, ainsi que la salle d’interrogatoire sont équipées de caméras et d’un microphone dernier cri. La première compte deux caméras, soit une dirigée vers la victime et l’autre qui capte une vue d’ensemble de la pièce. L’autre dispose d’une caméra supplémentaire qui filme un tableau sur lequel le suspect ou l’enquêteur peut écrire.

« Il y a un grand pourcentage qui est du non verbal et on va aller le chercher avec ces caméras. Tu vois beaucoup mieux », décrit le capitaine Bonneau.

La salle des enregistrements a également été modernisée. Deux écrans 32 pouces diffusent en direct les images captées dans les deux salles. Avant de débuter un enregistrement, l’enquêteur doit seulement y inscrire le numéro de dossier, son matricule, le type d’événement et le nom de la personne rencontrée.

Pendant l’entrevue, il peut à tout moment inscrire des notes de façon numérique. Une fois l’enregistrement terminé, dès qu’il clique sur la note en question, le système l’amène automatiquement au segment vidéo où elle a été prise. Le nouveau système, de la compagnie Maestro Vision, offre la possibilité de projeter une entrevue ou un interrogatoire sur un grand écran installé dans la salle de conférence pour permettre à plusieurs enquêteurs de le visionner en simultané.

Tous les enregistrements sont conservés dans une tour informatique. Ils le sont aussi sur un disque dur externe.

Quatorze entrevues ont été réalisées depuis la mise en place du système à la mi-avril. « Il y a eu certains ajustements, mais ça fonctionne très bien », affirme le capitaine Bonneau.

Environnement paisible
La salle d’entrevue a par ailleurs été peinte en bleu pâle pour offrir un environnement « calme et propice à la confidence », explique le policier. Les prises électriques rouges ont été remplacées par des prises blanches et aucune décoration ne meuble l’espace pour éviter toute source de distraction potentielle.

Autant dans cette salle que dans celle utilisée pour interroger les suspects, les portes ont été insonorisées. Le bruit provenant du corridor posait problème près de la salle d’entrevue. « C’était un problème depuis plusieurs années », affirme M. Bonneau. Des changements ont été apportés à la ventilation de l’édifice pour limiter les bruits et, du même coup, éviter une fois de plus toute source de distraction chez la personne rencontrée par un policier.

Le coût des acquisitions pour le matériel informatique est de 70 738 $. Une somme supplémentaire d’un peu plus de 5000 $ a permis de réaliser les travaux d’aménagement dans les différentes pièces.