Alexandre Chagnon, créateur de la plateforme Question pour un pharmacien, a mérité le prix Merck Le patient d’abord des mains de Sylvie Demers, directrice associée aux services médicaux de Merck Canada.

Un pharmacien contre les fausses informations

Vouloir se soigner soi-même en se fiant à des sites Internet non spécialisés peut entraîner de fâcheuses conséquences. Ce constat a mené le pharmacien Alexandre Chagnon à créer un site Web qui déjoue les fausses informations en transmettant de vrais conseils, il y a trois ans. Son initiative lui a valu le prix Merck Le patient d’abord, remis par Merck Canada, et deviendra son emploi à temps plein.

Cette distinction est remise à des professionnels de la santé, des équipes de soins de santé ou des organismes de ce domaine, et souligne leur contribution exemplaire aux soins axés sur le patient.

Le site Question pour un pharmacien a été développé par M. Chagnon, pharmacien à l’hôpital de Granby. Plus de 150 collègues collaborent bénévolement avec lui pour répondre aux interrogations des internautes.

« À la fin de mon parcours universitaire, alors que j’étais en stage, une femme était venue nous voir avec son bébé en pleurs. Elle était allée voir sur un site Web qui lui disait qu’elle ne pouvait pas allaiter son bébé pendant trois jours après avoir consommé de l’alcool. Elle avait choisi de suivre le conseil et, là, elle ne pouvait plus allaiter du tout. J’ai retrouvé l’information qu’elle avait trouvée sur Internet, mais j’ai aussi trouvé bien d’autres choses qui disaient le contraire. »

Au Canada, 9 adultes sur 10 se tournent vers Internet pour obtenir des réponses à leurs questions en matière de santé. M. Chagnon a réalisé qu’aucun site n’existait pour permettre aux professionnels de la santé de donner des conseils aux patients.

Il a d’abord créé une page Facebook, avant de réaliser que la méthode n’était pas très déontologique en matière de confidentialité. Une première version du site a donc été développée. En visitant la dernière mouture du site questionpourunpharmacien.com, la plateforme permet de poser une question. L’algorithme repère les mots clés et propose des réponses qui peuvent y correspondre. Si les réponses ne satisfont pas les internautes, ils peuvent poursuivre la démarche pour obtenir le conseil d’un pharmacien.

Le système fait en sorte que si un patient de Granby pose une question, c’est un pharmacien de Granby qui y répondra à l’intérieur de 24 h. Cette méthode pourrait amener une nouvelle clientèle aux professionnels qui donnent gratuitement de leur temps. Des pharmaciens de partout ont suivi le mouvement.

Depuis janvier 2017, date où la plateforme a été actualisée, près de 24 000 patients ont accédé au site et lu les réponses des pharmaciens. Plus de 1100 questions y sont répertoriées. De ces internautes, 78 % proviennent du Canada. Les autres habitent aussi loin qu’en Russie, en Afrique et en Europe. Cependant, ces derniers ne peuvent poser leurs propres questions puisqu’on « ne connait pas le contexte sanitaire des gens qui ne viennent pas d’ici. »

Question pour un pharmacien est vue d’un bon œil par les professionnels de la santé. M. Chagnon compte d’ailleurs consacrer tout son temps à cette entreprise.

« Je travaille à l’hôpital de Granby, mais au cours des prochaines semaines, je vais faire le saut vers mon entreprise à temps plein. C’est un rêve entrepreneurial. Ça va être un beau défi. J’ai l’intention de m’associer avec des gens qui vont m’aider à peaufiner le modèle d’affaires. » Les grandes lignes ne sont donc pas encore connues.