Normand Verrier s’est forgé une belle réputation de père Noël.
Normand Verrier s’est forgé une belle réputation de père Noël.

Un père Noël défend sa réputation

Un père Noël de Cowansville tient à se distinguer des rumeurs ayant mené au congédiement d’un confrère, le 10 décembre dernier. Normand Verrier exécute lui aussi des contrats de père Noël à Cowansville, mais il n’est pas celui que le centre d’achat Domaine du parc a « renvoyé au pôle Nord ».

À LIRE AUSSI: Un père Noël de centre d'achats «renvoyé au pôle Nord»

Loin d’être un père Fouettard, Normand Verrier s’est plutôt forgé une excellente réputation aux quatre coins du Québec. Magicien et père Noël professionnel depuis une dizaine d’années, le Suttonnais a travaillé au fil des ans avec des organisations bien connues comme le train touristique Orford Express ou l’Impact de Montréal.

« J’ai eu des gens qui m’ont contacté après que la nouvelle soit sortie. Ils se doutaient bien que ce n’était pas moi, mais il voulait certifier que je n’étais pas le père Noël qui avait été congédié », assure-t-il.

Normand Verrier a contacté La Voix de l’Est pour clarifier la situation. Il est bel et bien père Noël à Cowansville, mais pas seulement.

« Je suis père Noël dans la parade et je fais l’arrivée du père Noël au centre d’achat le lendemain, mais pour le reste fin du temps des Fêtes, c’est quelqu’un d’autre » précise M. Verrier, qui ajoute ne pas connaître l’identité de son successeur.

Pères Noël en demande

Joint entre un contrat comme père Noël dans l’Orford Express et une soirée comme magicien au Château Bromont, Normand Verrier explique qu’il est de plus en plus difficile de trouver de « bons pères Noël ».

« C’est un peu comme toutes les industries, c’est difficile de trouver quelqu’un de fiable et pour ceux qui ont de l’expérience, c’est beaucoup plus intéressant de faire plusieurs contrats que rester tout le temps au même endroit », assure le père Noël professionnel.

« Pour être un bon père Noël, il faut aimer les enfants et voir ce qu’ils ont dans les yeux. Il faut croire en la magie de Noël. Le bonheur c’est plein de petites choses et dans le temps des Fêtes c’est encore plus fort. Juste un petit toutou c’est énorme pour les enfants », remarque-t-il.

Loin d’être un travail d’acteur, Normand Verrier assure qu’il s’agit plutôt d’être soi-même.

« Je ne suis pas un bon acteur, je suis juste comme je suis. Avec le temps, on se met vraiment dans l’ambiance simplement en enfilant le costume », poursuit-il.

Profession

Ils ne sont qu’une poignée de professionnels de l’amusement comme Normand Verrier. Le Suttonnais assure accepter plus de 80 contrats comme magicien ou père Noël seulement durant le mois de décembre.

« Je suis quelqu’un qui aime faire de la route, donc les week-ends je peux faire jusqu’à huit spectacles un peu partout au Québec et j’en fais également quelques-uns durant la semaine. Le jour de Noël, je fais aussi beaucoup de livraisons de cadeaux à domicile », explique-t-il.

Il travaille le reste de l’année comme magicien, cumulant jusqu’à 400 engagements selon ses dires.

La recette du succès ? Miser sur les à-côtés qui plongent les spectateurs dans la magie.

« Comme magicien, ce n’est pas tout de faire apparaître et disparaître des objets ou des animaux, c’est tout ce qui a autour ».

Lumières, lasers, bulles et projections murales, Normand Verrier ne lésine sur rien pour rendre ses performances meilleures.

« Le message passe et je n’ai presque plus besoin de faire de la publicité. Déjà en juin, je commence à recevoir des réservations pour l’automne », assure-t-il.