Le comité organisateur croit attirer au #Partydu7 une clientèle plus vieille que l’an passé où le rap québécois était à l’honneur avec Dead Obies, Alaclair Ensemble et Brown.

Un #Partydu7 qui promet au stade Napoléon-Fontaine

Vie culturelle et communautaire n’a pas manqué d’aguicher la population en dévoilant quelques ajouts au #Partydu7 qui aura lieu au stade Napoléon-Fontaine, ce dimanche 7 octobre, à partir de 19h.

En plus de son imposante programmation d’artistes renommés dévoilée il y a quelques semaines, le comité organisateur a voulu rehausser l’expérience des jeunes spectateurs.

En effet, ceux-ci auront droit à une foule d’effets visuels durant les spectacles tels que des animations 3D sur des écrans DEL. Le but est de « rendre le spectacle encore plus unique, encore plus spécial pour la jeunesse », a spécifié Jean-Olivier Grégoire Fillion, coordonnateur à la vie communautaire.

Le party sera aussi ponctué d’effets pyrotechniques. « On veut que ce soit cool comme un jeune qui irait à Osheaga ou au Beachclub (...) Ce sont des choses qu’on ne verra pas ailleurs comme à la Fête nationale de Granby », a mentionné M. Grégoire Fillion.

Selon ce dernier, l’ajout de ces effets visuels montre que la Ville de Granby est audacieuse pour ses jeunes et qu’elle veut faire des choses pour eux. Cette proposition d’animations éclatées a été conçue « pour divertir et créer une ambiance de party ».

Le comité organisateur croit attirer une clientèle plus vieille que l’an passé où le rap québécois était à l’honneur avec Dead Obies, Alaclair Ensemble et Brown. Les jeunes âgés de 16 à 20 ans avaient alors convergé vers le stade. « Cette année on est plus vers la fin de la tranche d’âge 14-29 ans. Ça risque de rejoindre les gens de 22 à 30 ans », a estimé le coordonnateur.

De solides artistes

Sans compter les effets scéniques, le comité s’est armé d’une belle brochette d’artistes.

Le cachet des artistes représente d’ailleurs un budget cinq fois plus élevé qu’à la Fête nationale de Granby et il accapare plus de la moitié du budget consacré au #Partydu7, a mentionné M. Grégoire Fillion.

D’abord, l’Australien Hein Cooper, qui a remporté le prix SOCAN pour sa chanson Rusty (catégorie Chansons populaires) mardi, fera un premier arrêt au party pour marquer le début de sa tournée québécoise. La pièce Rusty est demeurée durant plus de 48 semaines dans les classements radiophoniques et son vidéoclip a récolté pas moins de 600  000  visionnements sur Youtube.

Pour sa part, l’artiste torontois John Baker, connu sous le nom Virginia to Vegas, a choisi Granby pour faire sa seule apparition sur scène au Québec en 2018. Le chanteur et compositeur est, entre autres, derrière ses chansons à succès We Are Stars, Lights Out et Selfish. Le coordonnateur à la vie communautaire s’amuse d’ailleurs à le comparer à un « mini Justin Bieber ».

Le seul artiste québécois, Geoffroy, viendra ajouter un son planant à la fête. Le musicien montréalais s’est fait remarquer à La Voix en 2014, mais il a réussi à faire sa marque avec son album Coastline. Sa chanson Sleeping on my own a d’ailleurs remporté le prix musique virale au Gala SOCAN, mardi. L’ADISQ a aussi nommé le musicien pour le spectacle anglophone de l’année.

« Les trois artistes n’ont pas nécessairement le même style, mais ils se marient bien ensemble », a évoqué M. Grégoire Fillion.

DJ Tizi

Le DJ et producteur granbyen Steve Watt réchauffera la foule pour laisser place à la populaire DJ Tizi, une figure emblématique du Beachclub. M. Grégoire Fillion estime d’ailleurs que DJ Tizi « va vraiment faire lever la foule et la faire danser. Les gens vont chanter des chansons qui ne savent même pas qu’ils connaissent. Le genre de chansons qui sont des bons vers d’oreilles, qui jouent à la radio, mais qu’on ne sait pas c’est qui », a-t-il poursuivi. 

En cas de pluie, le party aura tout de même lieu. Le comité organisateur précise que le stade contient des zones couvertes pour s’abriter.