Le conseil municipal de Rougemont se penchera sur la demande d’un citoyen qui aimerait qu’un parc à chiens soit aménagé pour les citoyens.
Le conseil municipal de Rougemont se penchera sur la demande d’un citoyen qui aimerait qu’un parc à chiens soit aménagé pour les citoyens.

Un parc à chiens souhaité à Rougemont

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Le conseil municipal de Rougemont étudiera la possibilité d’aménager un parc à chien sur le territoire de la municipalité. Il s’est engagé en ce sens après qu’un citoyen lui ait adressé une demande formelle à cet effet.

La requête fait référence au contexte actuel de pandémie, alors que les municipalités voisines exercent un contrôle plus serré de la fréquentation de leur parc à chiens, qu’ils veulent réserver à leurs propres citoyens.

Le fait que les randonnées soient interdites depuis cet été au mont Rougemont, où de nombreux maîtres allaient se promener avec leur compagnon à quatre pattes, pèse sûrement aussi dans la balance, estime le maire Michel Arseneault.

«Honnêtement, ce n’est pas la première fois qu’on en entend parler», souligne l’élu, qui mentionne toutefois que le projet n’avait jamais été réellement envisagé par le conseil municipal jusqu’à présent.

«Il faut dire qu’un tel projet, pour une municipalité qui ne compte que 2900 habitants, c’est difficile à justifier», précise-t-il.

Lundi, le conseil municipal a néanmoins pris acte de la demande et s’est engagé à étudier les différentes possibilités d’aménagement d’un éventuel parc à chiens sur son territoire.

«On va avoir beaucoup de recherches à faire, indique M. Arseneault. Il faut établir les besoins, évaluer quelle superficie serait nécessaire, faire l’inventaire des terrains qui pourraient accueillir le parc et comparer avec les parcs qui existent dans la région, tout ça afin d’avoir une estimation budgétaire du projet. Tous ces éléments seront pris en compte pour que le conseil prenne une décision à savoir si on donne suite à la demande ou non.»

La sécurisation d’une intersection demandée

Un parc à chiens n’a pas été la seule demande adressée au conseil municipal, lundi soir. Un citoyen a réclamé de la municipalité que des mesures soient mises en place pour accroître la sécurité routière à l’intersection du rang Double et de la rue Bernard.

Le secteur serait actuellement dangereux étant donné que bon nombre d’automobilistes ne respecteraient pas la limite de vitesse de 50 km/h et omettraient de s’arrêter à la signalisation obligatoire. Certains citoyens craignent alors pour la sécurité des enfants qui attendent l’autobus à cet endroit de même que les véhicules arrivant perpendiculairement.

Sensible, le conseil municipal a fait savoir qu’il se pencherait sur la question. Déjà, la possibilité de déplacer le radar de vitesse pédagogique de la municipalité à cet endroit et celle de refaire le lignage de la chaussée le printemps prochain ont été avancées.