Le maire de Granby et préfet suppléant de la MRC de la Haute-Yamaska, Pascal Bonin.

Un nouveau site web pour tout savoir sur la gestion des matières résiduelles

Gênés de jeter? La MRC de la Haute-Yamaska met en ligne un nouveau site internet pour permettre aux citoyens de tout savoir sur la gestion de leurs matières résiduelles.

En consultant le www.genedejeter.com, le public a désormais accès à un portail « multidisciplinaire, audacieux et positif », qui devient le principal outil pour toutes les questions liées aux collectes, aux écocentres et aux matières résiduelles, note le préfet suppléant de la Haute-Yamaska, Pascal Bonin.

Pour y arriver, les usagers se voient proposer quatre pastilles distinctes : « Inné de composter », « Fier de recycler », « Futé de récupérer » et « Gêné de jeter » avec toutes les informations pertinentes à chacune.

Ils ont également accès à un calendrier des collectes « plus accessible que jamais », divisé par municipalités et imprimable au besoin.

Les industries, commerces et institutions n’ont pas été oubliés non plus. On leur consacre une page où ils ont notamment accès aux diverses solutions pour disposer de leurs déchets.

À cela s’ajoute un carrousel qui, sur la page d’accueil, fournit trucs, astuces, statistiques et les dates des soirées d’information en vue de l’implantation de la collecte des matières organiques, ce printemps.

« C’est un site simple qui fonctionne selon la règle des trois clics, c’est-à-dire que les gens peuvent tout trouver en trois clics », indique la coordonnatrice aux communications à la MRC, Gabrielle Lauzier-Hudon. Une rapide visite sur le site permet en effet de constater que la navigation y est simple et conviviale.

Objectif commun

Bien que semblable aux autres sites lancés par les MRC du Québec, celui de la Haute-Yamaska se distingue à sa façon, fait remarquer Pascal Bonin. « Dans le fond de l’information, oui, c’est semblable. Mais dans la forme, c’est très différent. On voulait que le site soit vrai, moins porté sur l’humour, et qu’il témoigne de notre engagement vers un objectif commun. Car les gens ont devant eux un défi majeur. »

Détail intéressant d’ailleurs : les internautes peuvent consulter la section « Des chiffres qui en disent long », qui montre de façon imagée l’impact de leurs efforts sur la réduction des déchets. Mises à jour chaque mois, ces quantités seront comparées à celles de 2018.

Pour 2019, l’objectif de la MRC est de réduire de 4200 tonnes la quantité d’ordures enfouies par rapport aux 22 400 tonnes recensées l’an dernier. Une telle réduction serait synonyme d’une économie collective de 382 000 $, indique le site.

« C’est facile à atteindre ; ça ne représente qu’un bac à ordures par ménage », illustre Gabrielle Lauzier-Hudon.

« En atteignant cet objectif, on serait probablement la première MRC à opérer l’arrivée du bac brun à coût nul », estime M. Bonin, en insistant sur la véracité des chiffres fournis sur le site. « Les citoyens verront les mêmes résultats que les élus. »

Élaborée par un comité soutenu par la firme Lithium Marketing, la conception du site Web a nécessité près de six mois de travail et un budget de 22 535 $. « J’ai été épaté par le professionnalisme et le souci du détail de toute l’équipe. Le résultat est un site très personnalisé. J’ai hâte que le public le découvre », termine Pascal Bonin.