Christian Bertrand avait été condamné à la prison à vie pour le meurtre de Joseph Gobeille.

Un nouveau procès pour Christian Bertrand

Les circonstances entourant le meurtre d'un homme de Farnham­ survenu en 2011 seront étudiées de nouveau par la cour.
Christian Bertrand, condamné à la prison à vie en 2014 pour le meurtre prémédité de son ancien parent d'accueil, Joseph Gobeille, devra subir un nouveau procès, a statué jeudi la Cour d'appel.
Le plus haut tribunal du Québec­ reproche au juge du procès de n'avoir pas adéquatement informé le jury sur « la défense d'automatisme avec ou sans troubles mentaux », se limitant à la défense d'aliénation mentale.
Un juge, dit la Cour d'appel, « a l'obligation de soumettre à l'appréciation du jury tout moyen de défense jugé vraisemblable », et ce, « peu importe que l'accusé les ait expressément invoqués ou non ».
« En d'autres termes, il aurait privé l'appelant d'une défense qu'un jury bien instruit aurait pu estimer démontrée sous le poids des probabilités. »
La Cour d'appel souligne un autre motif de casser le premier verdict. Un enregistrement vidéo fait de l'accusé lors de son arrestation a été exclu du procès, ce qui a pu influencer indûment le jury.
M. Bertrand, un Montréalais de 53 ans, avait fait irruption chez son ancien logeur armé d'une barre de fer. Il lui en a asséné plusieurs coups à la tête avant de repartir à voiture et a été arrêté le lendemain.
Il souffrait de troubles de la personnalité et reprochait à sa victime, âgée de 84 ans, de l'avoir malmené durant son enfance, une rancune qui ne l'avait jamais quitté. Il soutenait aussi avoir été victime de sévices sexuels par M. Gobeille, qui l'avait hébergé de l'âge de trois à sept ans.