Une quarantaine d’actions découleront du PDZA.
Une quarantaine d’actions découleront du PDZA.

Un nouveau Plan de développement de la zone agricole en Haute-Yamaska

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Après un travail concerté de longue haleine et des consultations publiques, la MRC de la Haute-Yamaska a dévoilé, mardi, son premier Plan de développement de la zone agricole (PDZA) pour les années 2020 à 2024.

Ce document compte 43 actions visant une vision à long terme de l’agriculture et la protection des ressources naturelles de la région. Parmi elles, on retrouve entre autres le développement accru de plateformes d’achat local, le maintien d’un travailleur de rang, l’accentuation de l’aménagement forestier et la sensibilisation de la relève agricole. 

À terme, l’ensemble des initiatives qui seront mises de l’avant s’articulera autour des grands enjeux que sont la nécessité d’une agriculture innovante, prospère et responsable, ainsi que l’importance d’une agriculture valorisée et d’une relève agricole engagée dans sa communauté.

« L’industrie est confrontée à des défis de taille et comme l’agriculture joue un rôle de premier plan pour l’économie locale, se doter d’un PDZA devenait incontournable pour la Haute-Yamaska. De plus, cet exercice nous a permis de nous pencher sur la place occupée dans notre communauté par les activités complémentaires à l’agriculture comme l’agrotourisme ainsi que les activités de transformation et de vente à la ferme », affirme le préfet de la MRC, Paul Sarrazin.

Selon lui, ce Plan reflète le plus fidèlement possible la réalité du monde agricole, qui, a-t-il rappelé, a été particulièrement éprouvé par l’année 2020.

Pour Jérôme Ostiguy, président du Syndicat de l’UPA de la Haute-Yamaska, la naissance du PDZA démontre d’ailleurs l’ouverture d’esprit de la MRC face à cette réalité. 

Il faut dire que cette nouvelle étape a été précédée d’un portrait fouillé de l’agriculture dans la MRC et de plusieurs initiatives porteuses comme l’existence du comité consultatif agricole, la tenue des marchés publics et le Réseau des Haltes gourmandes en Haute-Yamaska, notamment. 

L’élaboration du PDZA est aussi l’affaire d’un comité technique formé d’élus et de partenaires agricoles et socioéconomiques de la région, mais également de la population, qui a pu mettre son grain de sel dans le projet lors de rencontres publiques.

Paul Sarrazin assure que ce document, financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, «n’a pas été fait pour être tabletté» et que de nombreux gestes concrets en découleront.

La population pourra prendre connaissance du contenu du PDZA par visioconférence le mardi 17 novembre prochain à 19 h. Pour y participer, il suffira de cliquer sur l’hyperlien affiché sur la page d’accueil du site Haute-yamaska.ca. Un maximum de 100 participants sera admis, mais il sera possible de visionner ultérieurement l’enregistrement sur le même site.

Le document y est déjà disponible pour consultation.