Afin d’inaugurer «officiellement» le nouveau métier à tisser, le député de Shefford Pierre Breton s’est essayé à la confection d’un napperon.

Un nouveau métier à tisser au Cercle des fermières de Saint-Césaire

Grâce à l’aide financière d’Ottawa dans le cadre du programme Nouveaux Horizons pour les aînés, le Cercle des fermières de Saint-Césaire a pu ajouter un 15e métier à tisser à sa collection.

Le nouveau métier à tisser compte huit cadres et, contrairement à d’autres appareils du même genre, ne possède qu’une seule pédale. Un tel dispositif vaut entre 5000 $ et 6000 $ et prend plusieurs mois à être fabriqué.

Afin d’inaugurer « officiellement » le nouveau métier à tisser — livré au local du cercle des fermières en novembre dernier —, le député de Shefford Pierre Breton s’est essayé à la confection d’un napperon. L’élu, qui n’en était pas à sa première expérience au métier à tisser, a tout de même eu besoin de conseils de la part de certaines membres du cercle, ce qui lui a fait dire que plusieurs avaient des « mains magiques ».

L’ajout de métiers à tisser plus récents et plus modernes — il s’en fait d’ailleurs des modèles électroniques à présent — permet à l’organisme de recruter de nouvelles membres, plus jeunes, et ainsi de perpétuer les pratiques culturelles et artisanales d’autrefois, estime le député. « Vous êtes les gardiennes de notre patrimoine. Le tissage, comme d’autres métiers d’arts que vous aidez à transmettre, est une tradition importante de notre histoire », a-t-il fait savoir.

S’il ignore si de tels regroupements existent ailleurs au Canada, le député de Shefford considère comme une grande richesse la présence des Cercles des fermières, qui sont d’ailleurs légion dans sa circonscription. « Ces femmes-là sont dévouées, elles s’impliquent auprès de plusieurs organismes, dit-il, mentionnant au passage la Fondation Mira et OLO, pour ne nommer que ceux-là. Au-delà du travail manuel que vous faites, vous tissez des liens entre vous et avec la communauté. »

La subvention de 16 306 $ a également permis l’achat d’une brodeuse électronique et d’un ordinateur portable.