Le nouveau directeur général et secrétaire-trésorier de Sainte-Cécile-de-Milton, Yves Tanguay

Un nouveau DG en poste à Sainte-Cécile

Un nouveau directeur général et secrétaire-trésorier vient de faire son entrée à la municipalité de Sainte-Cécile-de-Milton. En poste depuis le 4 février, Yves Tanguay a vu son embauche entérinée par les élus municipaux lors de la séance publique de lundi soir.

M. Tanguay possède une maîtrise en sciences de l’information et une maîtrise en administration publique de l’École nationale d’administration publique de Montréal. Il a notamment dirigé la bibliothèque publique de Saint-Hyacinthe durant seize ans et la bibliothèque municipale de Lac-Mégantic pendant neuf années.

À Sainte-Cécile-de-Milton, le nouveau DG succède à Richard Constantineau, qui avait quitté son poste le 22 novembre dernier sans préavis, après seulement sept semaines à l’hôtel de ville. Son départ avait suivi celui, volontaire ou imposé, de plusieurs autres gestionnaires de la municipalité au cours des dernières années.

Selon le maire de Sainte-Cécile, Paul Sarrazin, « quatre ou cinq » candidats ont été invités à une première ronde d’entrevues, parmi la dizaine qui avaient soumis leur CV. Deux personnes ont ensuite été retenues pour la suite du processus. Cette fois, cependant, la Ville a fait preuve de prudence pour mettre un terme à la succession de directeurs généraux au sein de son organisation. Une firme de ressources humaines a été mise à contribution pour évaluer les deux meilleurs candidats et vérifier leurs antécédents professionnels, explique M. Sarrazin.

« On s’est donné le temps de bien faire les choses. On les a même convoqués à une troisième rencontre pour approfondir notre niveau d’appréciation », indique-t-il.

Alors que la majorité des DG de Sainte-Cécile-de-Milton avaient déjà oeuvré à des postes de direction en milieu municipal, la Ville souhaitait changer radicalement de profil, en embauchant un gestionnaire « capable de s’adapter à ce qui est en place, plutôt que de vouloir tout changer », ajoute le maire, en se défendant bien de vouloir contrôler son nouveau bras droit.

Il ne cache pas, cependant, que son omniprésence dans la gestion de la municipalité a été abordée lors du processus d’embauche. « C’est vrai que je maîtrise bien les dossiers et que je prends de la place... Il faut que j’apprenne à faire confiance, moi aussi. On devient méfiant à force d’avoir de mauvaises expériences. Je comprends que pour une personne qui entre en poste ici, ça puisse être intimidant. Mais je pense qu’on a trouvé un bel équilibre entre ma fougue et le calme de M. Tanguay. »

Au sujet de son nouveau collaborateur, il salue sa gestion analytique, sa rigueur, son habileté dans la recherche de subventions et sa connaissance de la « mécanique politique ».

Rassuré

Mardi, le principal intéressé a admis s’être interrogé sur l’instabilité qui régnait à l’hôtel de ville, mais avoir été rapidement rassuré par les membres du conseil municipal et le maire lui-même. « Je suis confiant. Ce que je vois, c’est surtout une petite municipalité dynamique qui a plein de projets, tant sur le plan économique que résidentiel, et qui se préoccupe de la qualité de vie de ses citoyens. Je vois un milieu où je peux relever de beaux défis. »

Le rôle prépondérant du maire ne l’inquiète pas outre mesure. Il le voit plutôt comme un atout, dit-il. « M. Sarrazin est très impliqué dans ses dossiers, mais je vois qu’il est prêt à me laisser de la latitude quant à mon leadership. Je l’apprécie beaucoup. »

Natif et résident de Saint-Hyacinthe, Yves Tanguay a vu dans l’ouverture de ce poste une occasion de réaliser son rêve de diriger une municipalité. Il estime que sa formation, son expérience, ses compétences en finances publiques, son savoir-faire, son savoir-être et sa capacité d’adaptation ont joué en sa faveur.

Yves Tanguay espère maintenant que la valse des directeurs généraux s’arrêtera avec lui. « J’espère pouvoir répondre à leurs attentes, m’accomplir et faire ma marque à Sainte-Cécile pendant plusieurs années. »