François Rozon, Geneviève Primeau et Martin Rainville devant un étalage de produits récoltés grâce au couponnage.
François Rozon, Geneviève Primeau et Martin Rainville devant un étalage de produits récoltés grâce au couponnage.

Un montant de 120 $ bien investi

Florence Tanguay
Florence Tanguay
La Voix de l'Est
En janvier 2020, Geneviève Primeau a reçu 120 $ de son beau-frère, qui souhaitait la voir fructifier cet investissement pour ensuite faire un don à un organisme de la région. Près d’un an plus tard, avec l’équivalent de 800 $ de denrées amassées, la «couponneuse» peut considérer qu’il s’agit d’une mission accomplie.

Geneviève Primeau, citoyenne de Laval, fait du couponnage depuis huit ans, c’est-à-dire qu’elle épluche les sites Internet à la recherche de bonnes offres et qu’elle combine coupons et carte de points dans le but d’obtenir le plus de produits pour le moindre coût possible. «J’avais besoin de sous, c’est la façon que j’ai trouvé pour économiser un peu», énonce-t-elle, expliquant la raison l’ayant poussée à commencer cette pratique.

Désormais, le couponnage fait partie intégrante de sa vie et de celle de son conjoint, Martin Rainville. Depuis longtemps, le couple fait profiter leurs proches de leurs armoires et leurs congélateurs bien garnis. 

En janvier dernier, le beau-frère de Mme Primeau, François Rozon, lui a proposé un pari bien spécial. «L’an passé, il m’a dit qu’on devrait se lancer un défi pour les paniers de Noël», se rappelle-t-elle. Il lui a donc remis 120 $, en lui demandant de récolter le plus de denrées non périssables possible avec ce montant. Ces produits seraient remis à un organisme de Granby, où réside M. Rozon.

Mme Primeau a accepté le défi avec plaisir et s’est vite mise au travail. Rapidement, elle a cumulé une quantité telle de produits qu’elle a fait un premier don, comprenant une majorité de produits pour nouveau-nés, à la Maison de Quartier de Fabreville, un organisme de Laval.

Un grand geste à faibles coûts

Elle a continué ses efforts jusqu’à tout récemment, soit jusqu’à que ce son panier destiné à l’organisme SOS dépannage de Granby soit complet. «Sans exagérer, il doit y avoir entre 800 $ et 1000 $ de produits» à l’intérieur du panier, estime l’adepte du couponnage. Celui-ci, comprenant des produits de toutes sortes, devrait être remis à l’organisme dans quelques semaines. 

«Notre but n’était pas de dire qu’on a donné des paniers de Noël, mais de dire qu’on a donné autant dans nos paniers en ne sortant presque rien de nos poches», fait valoir Mme Primeau.

Ce projet a une résonnance très particulière pour la Lavalloise. «On est fiers de ce qu’on fait, on fait du bien autour de nous, exprime-t-elle. C’est tangible, on voit à quel point on peut donner beaucoup pour presque rien.» Elle compte d’ailleurs continuer, dans le futur, à faire des dons aussi substantiels à des organismes. «C’est quelque chose qu’on fait et qu’on ne peut plus s’arrêter de faire», conclut-elle.