Gilbert, assis sur un banc longeant la piste cyclable du lac Boivin, contemple la nature.
Gilbert, assis sur un banc longeant la piste cyclable du lac Boivin, contemple la nature.

Un long week-end dans le respect des règles... enfin presque

Annabelle Richard
Annabelle Richard
La Voix de l'Est
Roxanne Caron
Roxanne Caron
La Voix de l'Est
Certaines personnes habitant en zone rouge sont venues profiter du beau temps à Granby, lundi, lors de la longue fin de semaine, et ce, malgré que les déplacements interrégionaux soient non recommandés.

Gilbert et sa conjointe, tous deux assis sur un banc longeant la piste cyclable du lac Boivin, contemplent la nature. Les résidents de Châteauguay campent au parc national de la Yamaska et prendront le cap vers Magog dans les prochains jours. «C’est la meilleure chose à faire en ce moment», affirme Gilbert qui a acquis son VR bien avant le début de la pandémie.

Le couple de retraités envisage toutefois de traverser la frontière canado-américaine à bord de leur bolide dès sa réouverture. «Il n’y a pas plus de risques là-bas, parce qu’on a notre petite bulle. On ne multiplie pas les occasions de voir des gens et on n’a qu’à sortir pour aller à l’épicerie.»

Madeleine en compagnie de son conjoint

Le duo aurait normalement fêté l’Action de grâce en compagnie de ses enfants et petits-enfants, mais il s’est résigné à la vue des rassemblements intérieurs interdits en zone rouge. «Ce n’est pas le temps de recevoir», souligne l’homme qui ajoute au passage que la famille s’agrandit. «Ça commence à faire pas mal de monde.»

Venus de Montréal pour faire une balade à vélo et profiter du beau temps, quatre collègues de travail étaient réunis autour d’une table de pique-nique et savouraient un repas. «C’est jour de congé, donc il faut en profiter pour faire des activités à l’extérieur», indique l’un d’eux.

Aux yeux de Madeleine, 73 ans, l’Action de grâce se fêtait au grand air en compagnie de son conjoint. «Normalement, j’aurais organisé un rassemblement extérieur avec les membres de ma famille, mais ils sont tous en dehors de la ville», affirme celle qui s’estime en bonne santé. «C’est certain qu’on fait attention, il faut être plus prudent que pas assez, mais ça a ses limites. Il ne faut pas avoir peur du virus outre mesure», dit la nouvelle résidente de Granby.

«On suit les lois», affirme Marcel, originaire de Roxton Pond.

Aucune intervention policière

Marcel et Daniel étaient pour leur part assis sur leur chaise à deux mètres de distance. «On suit les lois», affirme Marcel, originaire de Roxton Pond. Les deux hommes se réunissent à l’occasion avec d’autres amis pour briser l’isolement. «On pète de la broue ensemble», lance Marcel en jetant un œil sur sa montre, impatient de retrouver le reste de la troupe.

Du côté du Service de police de Granby, aucune intervention en ce qui a trait à des rassemblements n’a été nécessaire a confirmé le porte-parole Guy Rousseau. «J’ai l’impression que les gens sont restés chez eux, car ça a été très tranquille.»