Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Yves Bélanger, ancien directeur du Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska, lance son premier livre qui donne des outils pour éviter l’épuisement des proches aidants.
Yves Bélanger, ancien directeur du Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska, lance son premier livre qui donne des outils pour éviter l’épuisement des proches aidants.

Un livre pour aider les proches aidants à grandir

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Prendre soin de soi, pour prendre soin des autres. Voilà le mot d’ordre du livre Grandir ou souffrir à force d’aider, écrit par Yves Bélanger, qui se veut un guide pratique pour éviter l’épuisement dans la proche aidance, dont la moitié des profits de vente iront à la Société Alzheimer de Granby et région.

«Si on veut bien aider, il faut se protéger. La proche aidance, c’est un geste d’amour, et c’est important de diriger cet amour aussi vers soi-même. J’ai écrit ce livre dans le simple but d’éviter aux proches aidants de s’épuiser, puisqu’ils peuvent autant faire un burn out que dans n’importe quel travail. C’est un travail invisible, dans lequel on s’investit beaucoup», lance d’emblée l’auteur, qui en est à sa première publication.

Est-il possible d’être un aidant naturel impliqué sans pour autant se négliger, s’oublier ou même se détruire? Voilà la question qu’Yves Bélanger s’est posée en écrivant son ouvrage.

Apprendre à s’arrêter

Le livre, lancé symboliquement la Journée nationale du travail invisible, le 6 avril, comporte 4 chapitres, qui nous amènent à tourner notre regard vers soi, à évaluer notre niveau de fatigue, par exemple, ou encore, à nous estimer. «Les proches aidants, ce sont des personnes qui donnent beaucoup, et qui ont de la difficulté à recevoir et à prendre soin d’eux. Il faut trouver un équilibre», souligne Yves Bélanger, qui a oeuvré une trentaine d’années dans le milieu communautaire de Granby, notamment à la direction d’Oasis santé mentale Granby et région et au Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska.

Le dernier chapitre, plus pratico-pratique, offre des outils et des stratégies concrètes, des prises de conscience qu’on peut «mettre à sa couleur», afin de ne pas s’épuiser en aidant. «Le livre s’adresse à tous, pas seulement aux proches aidants, précise-t-il. On est tous un peu l’aidant de quelqu’un, à un moment de notre vie. Mais chaque personne, à la lecture, peut trouver des éléments à intégrer dans sa vie.»

«Apprendre à dire vrai», à «recharger sa batterie» et à «s’arrêter», sont des exemples de stratégies proposées dans le livre. «S’arrêter, ça peut paraître simple, mais ce n’est pas de tricoter devant la télé. C’est ralentir le hamster qui tourne et avoir une prise de conscience de soi. Je donne des formules, des formes de respirations, des trucs, pour évaluer notre niveau de batterie. Pour se rendre compte qu’on respire.»

Lire dans un moment pour soi

Plusieurs citoyens, élus et membres du conseil d’administration de la Société Alzheimer de Granby et région étaient présents lors du lancement virtuel qui s’est tenu par Zoom le 6 avril. De ce nombre, Andréanne Larouche, députée de Shefford, les attachés de presse des ministres François Bonnardel et Isabelle Charest, la mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard, ainsi que deux conseillers municipaux de la Ville de Granby, Jean-Luc Nappert et Denyse Tremblay, qui avaient tous de bons mots pour le livre d’Yves Bélanger.

Johanne Dubord, membre du conseil d’administration, a témoigné de l’importance de diminuer les préjugés, et de mieux outiller les proches aidants dans leurs tâches quotidiennes. «Ce livre sera peut-être embelli d’un café crème, qu’on va lire dans un moment pour soi, ou il sera offert à un ami, pour qu’il n’oublie pas de prendre soin de lui», image-t-elle.

«Ce livre est du Yves Bélanger par excellence, dit pour sa part Josée Perras, qui a travaillé avec l’auteur par le passé dans le milieu communautaire. Il est accessible, donne des conseils judicieux. Oui, il faut se créer des moments de plaisir, et il faut féliciter les gens autour de soi pour leur travail invisible. Ce livre est du bonbon!»

Un deuxième livre en route

La collaboration avec la Société Alzheimer de Granby et région était toute naturelle pour Yves Bélanger. «La proche aidance pour les problématiques cognitives est d’autant plus difficile. Je souhaitais aider la Société dans leur mission et leur soutien aux proches aidants.»

«Il n’y a pas de formation pour devenir proche aidant, comme il n’y en a pas pour devenir parent. Chaque personne peut être appelée à jouer ce rôle important comme mère, père, fils, tante, amis», souligne Sophie Foisy, directrice générale de la Société Alzheimer de Granby et région, qui tient à remercier Yves pour son livre.

Bien qu’il s’agisse du premier livre d’Yves Bélanger, ce dernier est déjà à l’écriture de son deuxième. «On y prend goût!».

Le livre Grandir ou souffrir à force d’aider d’Yves Bélanger est disponible en copies papier à la Société Alzheimer de Granby et région, située au 356, rue Principale, local 3 à Granby, et sur la librairie virtuelle BouquinBec. On peut aussi se le procurer en format numérique.