Le maire du Canton de Bedford, Gilles St-Jean, a lancé les festivités du centenaire de la municipalité, mercredi, 100 ans exactement après la tenue de la première séance du conseil.

Un livre et des journées spéciales pour le centenaire du Canton de Bedford

Grand livre d’histoire, journée familiale, grand méchoui et distribution de cadeaux de Noël pour les enfants, la municipalité du Canton de Bedford fête en grand ses 100 ans en 2019. Cent ans exactement après la tenue de la première séance du conseil, le village lançait officiellement les célébrations mercredi.

En 1919, le Canton de Bedford devenait une municipalité à part entière en se retirant du Canton de Stanbridge, aujourd’hui dissout.

« Le Canton de Bedford faisait partie, avec plusieurs autres municipalités, du secteur du Canton de Stanbridge, raconte le maire du village en entrevue, Gilles St-Jean. Municipalité après municipalité, elles se sont toutes retirées. On a été dans les dernières à partir et on est devenu le Canton de Bedford. On était avec la Ville de Bedford. Il y avait le nord, le centre et le sud, le centre étant la ville. C’est le nord et le sud qui se sont retirés. Il restait juste Bedford dans le Canton de Stanbridge, qui n’existe plus aujourd’hui. »

Le village est majoritairement agricole et compte 700 citoyens. La population est aussi plutôt âgée. C’est la raison pour laquelle le Canton de Bedford tente d’attirer de jeunes familles, comme plusieurs autres villages et villes de la MRC Brome-Missisquoi. M. St-Jean mise sur un congé de taxe foncière et des terres qui se vendent à petit prix pour attirer de nouveaux citoyens.

« Il risque d’y avoir quelques constructions neuves cette année, alors on espère que ça va amener de jeunes familles », dit-il.

Quelques commerces et entreprises ont pignon sur rue au canton, mais de nombreux citoyens travaillent à l’extérieur. Le canton, comme plusieurs municipalités de sa région, compte environ 30 % d’anglophones parmi sa population. La Municipalité prend d’ailleurs la peine de traduire ses communications pour eux. « C’est important pour nous de ne pas les oublier », souligne le maire.

Livre souvenir

Avec un budget de 45 000 $ pour les festivités, quelques activités auront lieu cet été et au début de l’hiver.

Un livre relatera ainsi l’histoire du Canton de Bedford depuis sa fondation le 4 mars 1919. Ses pages immortaliseront des photographies de toutes les époques et des photos de la trentaine de maisons centenaires sur le territoire. Deux d’entre elles sont d’ailleurs disparues depuis la prise des clichés, l’une sous les pics des démolisseurs et l’autre en raison d’un incendie.

« On a un comité du centenaire qui est passé à travers tous les procès verbaux de 1919 à aujourd’hui, évoque M. St-Jean. Dans le livre, on donne des faits saillants du début jusqu’à aujourd’hui. Il y aura aussi tous les maires et les conseillers qui ont siégé au canton. »

Un fait saillant est d’ailleurs le décès du maire Wanzer. Ce dernier avait été terrassé par une crise de cœur alors qu’il se trouvait à la table du conseil, énonce au passage Gilles St-Jean, sans toutefois pouvoir préciser la date.

« Tous les commerces qui ont déjà existé et qui n’existent plus, en plus de ceux d’aujourd’hui, ont leur petite section, poursuit le maire. Le livre du centenaire au complet est en français et en anglais. »

Ce bouquin est attendu à la fin août ou au début septembre.

Festivités

En attendant, le 8 juin, il y aura une journée familiale qui débutera par une randonnée à vélo de 12 km qui sillonnera le canton. Une inscription est nécessaire, mais l’activité est ouverte aux personnes de tous les âges. Un pique-nique familial suivra au terrain des loisirs. L’après-midi laissera place aux jeux avec des structures gonflables, du maquillage et une course à obstacles pour petits et grands.

Le 14 septembre, il y aura un souper des retrouvailles sous la tente avec un méchoui animé. De la musique et des feux d’artifice sont également prévus. Précédemment, une messe commune des trois églises de la région — protestante, anglicane et catholique — sera célébrée au terrain des loisirs.

Le traditionnel Noël au canton reviendra avec le dépouillement de l’arbre de Noël à la gloriette voisine de la caserne du service de sécurité incendie, le 7 décembre. Les enfants de moins de 12 ans pourront recevoir un présent, si leur parent les a inscrits. « On a normalement 32 ou 33 enfants du canton qui sont là », note M. St-Jean.