Le contexte serait favorable pour lancer un projet de piste cyclable entre Sainte-Cécile-de-Milton et Granby.

Un lien cyclable vers Granby ?

Les résidants de Sainte-Cécile-de-Milton seront invités à réfléchir à haute voix à un futur lien cyclable qui unirait leur municipalité à la ville de Granby. Un comité sera formé pour en discuter.

« On veut lancer une démarche citoyenne dès le retour des vacances. Il faut d’abord voir si les gens ont envie d’embarquer dans le projet, quel serait le meilleur tracé possible et quels seraient les coûts. On veut analyser toutes les options », indique le maire de Sainte-Cécile-de-Milton, Paul Sarrazin.

Ce dernier rappelle que sa municipalité est la seule de la MRC de la Haute-Yamaska à ne pas être reliée aux autres par voie cyclable. « Et ce, même si on paie nos quotes-parts pour les infrastructures », fait-il remarquer.

Selon lui, le milieu reconnaît par ailleurs le besoin d’une telle piste cyclable au plan touristique, ne serait-ce, dit-il, que pour permettre aux cyclistes de visiter la Cidrerie Milton, un attrait de plus en plus populaire dans le circuit agrotouristique de la Haute-Yamaska. « Ce serait un plus pour notre municipalité et pour toute la région. »

Paul Sarrazin affirme que l’aménagement d’un lien cyclable faisait d’ailleurs partie des priorités établies par les Miltonais lors d’une précédente consultation publique.

S’il en est encore à ses premiers balbutiements, le projet est sérieux, assure le maire. « Le contexte est favorable ; le momentum est bon. »

Dossier de longue date
La volonté de Sainte-Cécile-de-Milton de s’arrimer à ses voisines par un lien cyclable ne date pas d’hier. La possibilité avait déjà été évoquée avant même les élections municipales de 2009. À l’époque, on envisageait une piste reliant le village à la municipalité de Roxton Pond. On rêvait également de joindre Saint-Pie en longeant le 3e Rang.

Or, l’ampleur des dépenses associées à ces projets avait eu raison de l’enthousiasme des élus. « Ça ne s’est jamais concrétisé », résume M. Sarrazin.

Plus récemment, une étude commandée par la MRC de La Haute-Yamaska n’avait pas non plus connu de suite. On envisageait alors de partir du cœur du village de Sainte-Cécile « pour passer à travers les terres » jusqu’à la rue Saint-Hubert à Granby, explique le politicien, en soulignant la complexité — et le coût élevé — du projet.

Cette fois, d’importants aménagements prévus dans la rue Saint-Hubert pourraient servir de point de départ pour la future piste cyclable. Mais Paul Sarrazin ne se prononce pas plus avant, préférant laisser le projet se dessiner de lui-même. Ce qui est certain, précise-t-il, c’est qu’il s’agirait d’une piste cyclable « en bonne et due forme, sécuritaire et selon les normes ».

Comité motivé
Pour déposer un dossier solide, il souhaite maintenant voir ses concitoyens s’engager. « Ce serait intéressant d’avoir 6 à 10 personnes vraiment intéressées par le projet. On veut qu’elles s’approprient le dossier. » Les rencontres devraient avoir lieu environ une fois par mois durant au moins une année. La municipalité compte également embaucher un chargé de projet dès l’automne pour accompagner le comité.

« On part d’une page blanche et on va aller au fond des choses. On ne l’a jamais vraiment fait. Et lorsqu’on aura un projet concret, on ira solliciter des bâilleurs de fonds. »

Réaliste, Paul Sarrazin sait qu’il s’agit « d’une longue shot ». « On ne veut rien précipiter. Un tel projet peut prendre jusqu’à trois ans à se concrétiser. »

Les Miltonais qui souhaitent joindre leur voix à la discussion sont invités à se manifester par courriel au mun@miltonqc.ca ou par téléphone au 450 378-1942 avant le 10 août prochain.