La candidate du PLQ Lyne Laverdure veut regrouper les programmes de génie industriel du Cégep de Granby dans un nouveau bâtiment.

Un institut technologique pour le Cégep de Granby

Lyne Laverdure veut s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre par la mise sur pied d’un Institut de technologies au Cégep de Granby. La candidate du Parti libéral du Québec assure que le projet serait l’une de ses priorités si elle est élue le 1er octobre prochain.

Le centre d’expertise technologique, évalué à 7,2 millions de dollars selon la candidate du PLQ, permettrait de rapatrier les formations déjà existantes en matière de génie industriel et d’électronique qui sont présentement éparpillées entre le Centre régional intégré de formation (CRIF), le Centre de formation et de services aux entreprises et le pavillon principal du Cégep de Granby. 

Un volet recherche et développement se grefferait au projet.  

Mme Laverdure estime que la concentration de la formation dans un même quadrilatère serait bénéfique pour l’efficacité des services offerts et la réussite des étudiants. 

« J’en ai discuté avec Philippe Couillard et le ministre responsable de la région, Luc Fortin, et j’ai reçu leur aval. Ce serait l’une des priorités si le Parti libéral est reporté au pouvoir », annonce Mme Laverdure.

Cette dernière ne s’aventure toutefois pas à présenter un échéancier précis.

« J’espère le réaliser au court du mandat, mais ce n’est pas officiel puisque c’est quand même quelque chose qui est long à réaliser. Je m’engage toutefois à ce que ça débute pendant mon premier mandat. »

Ce nouveau bâtiment, construit sur un terrain appartenant présentement à la Ville de Granby se rattacherait à la première phase des travaux qui sont déjà débutés à l’arrière de l’église Notre-Dame. Cette dernière deviendrait ainsi liée au pavillon principal. 

Selon le plan proposé par Mme Laverdure, l’Institut de technologies devrait accueillir les programmes de technologie de l’électronique industrielle et de technologie de génie industriel alors que l’église Notre-Dame abriterait le programme de technologie de génie mécanique. 

Retombées

Même si les programmes mentionnés existent déjà, Mme Laverdure estime que le regroupement de la formation permettrait de mieux répondre aux enjeux de l’industrie régionale plus efficacement, notamment en partageant avec les entreprises d’ici les fruits des recherches qui y seront réalisées.  

« Ça répond à un besoin essentiel pour les entreprises d’ici d’avoir une main-d’œuvre formée et compétente afin d’être compétitives, de créer de l’emploi auprès des entrepreneurs qui interviendront avant et pendant la construction [...] en plus de contribuer à la rétention des jeunes à Granby. »

Elle avance que certaines entreprises auraient déjà manifesté leur intérêt à se joindre au projet. 

Le quart des emplois à Granby dépendent du secteur industriel, rappelle Mme Laverdure.