Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Alors qu’ils effectuaient de la surveillance dans le secteur d’un point de vente présumé de stupéfiants, les policiers ont plutôt découvert qu’un logement situé tout près servait à la production de drogue.
Alors qu’ils effectuaient de la surveillance dans le secteur d’un point de vente présumé de stupéfiants, les policiers ont plutôt découvert qu’un logement situé tout près servait à la production de drogue.

Un incendie mène les policiers à des producteurs de cannabis

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Des patrouilleurs du Service de police de Granby faisant partie de l’équipe ACCÈS cannabis se sont trouvés au bon endroit, au bon moment, mardi soir. Alors qu’ils effectuaient de la surveillance dans le secteur d’un point de vente présumé de stupéfiants, ils ont plutôt découvert qu’un logement situé tout près servait à la production de drogue.

C’est en voyant une «immense boule de feu» sortir d’un appartement situé sur la rue Cowie, tout près de son angle avec la rue Principale, que les policiers ont été amenés à intervenir sur les lieux, vers 20h20, explique Caroline Garand, porte-parole du Service de police de Granby.

Les enquêteurs ont immédiatement communiqué avec le service de sécurité incendie, qui a dépêché des pompiers sur place. Ceux-ci ont rapidement maîtrisé le sinistre, qui a été vraisemblablement causé par la production de cannabis qui avait lieu sur place.

Personne n’a été blessé au cours de l’incident.

Cette découverte fortuite a mené à l’arrestation de trois hommes inconnus des policiers, confirme l’agente Garand.

Par ailleurs, les policiers ont par la suite obtenu un mandat pour perquisitionner les lieux au cours de la nuit. Ils y ont saisi 200 grammes de cannabis ainsi qu’une arme à feu.

Deux des individus arrêtés ont été libérés avec promesse de comparaître tôt mercredi matin, après avoir passé la nuit au poste. Leur acolyte a pour sa part été libéré par sommation à comparaître.