« Ces pompiers-là sont partis pour des raisons plates, mais ils ne sont pas partis pour rien », dit le directeur du Service des incendies et prévention d’Acton Vale et Saint-Théodore-d’Acton, Joël Perron (à gauche), photographié avec sa brigade.

Un hommage à la tragédie de 1998

« Je viens les yeux pleins d’eau juste d’en parler. » L’adoption d’un nouveau logo personnalisé, pour les pompiers d’Acton Vale, a été un moment émotif pour le directeur Joël Perron et sa brigade, cette semaine. Et pour cause.

L’image fait directement référence à la tragédie de l’incendie de l’usine de tapis Peerless, il y a 20 ans, durant laquelle deux sapeurs ont été tués. Il s’agissait du chef pompier Michel Daragon et de son collègue Jacques Houle.

Le grade du premier et le numéro de matricule du second se retrouvent sur les haches de cette nouvelle armoirie, au-dessus de la date fatidique du 29 juin 1998. Deux étoiles bordent aussi l’écusson en référence aux deux hommes « qui nous regardent d’en haut quand on va sur des feux », dit M. Perron.

« Ces pompiers-là sont partis pour des raisons plates, mais ils ne sont pas partis pour rien, souligne le directeur et préventionniste. Chaque tragédie nous pousse à nous améliorer. Les services de prévention des incendies du Québec ont grandi grâce à eux. »

Depuis ce drame — et celui de Warwick, survenu quatre ans plus tôt et qui avait causé la mort de cinq pompiers — les sapeurs du Québec se sont dotés de schémas de couverture risque, de lois et de formations supplémentaires. « Maintenant, toutes les casernes parlent le même langage », dit M. Perron.

Cérémonie
Le logo, réalisé par un comité de huit personnes formé de pompiers et de leurs conjointes, a été officiellement dévoilé mardi par les fils de Michel Daragon, Mario et Janyn, qui œuvraient à la caserne en 1998 et y travaillent toujours. En accord avec les proches des défunts, aucune autre cérémonie n’a accompagné cet événement.

« La blessure n’est pas guérie au même niveau pour tout le monde », dit Joël Perron.

Nouveau « porte-bonheur » de la caserne 50, le logo apparaît désormais sur les casques, les cinq camions de pompiers ainsi que sur une affiche située à l’intérieur de la caserne, tandis que les uniformes conservent l’ancien écusson. « C’est quelque chose qui est très fort du côté américain, alors on s’est dit, pourquoi on n’en ferait pas un pour notre service? », fait remarquer le directeur.

Le Service des incendies et prévention d’Acton Vale et de Saint-Théodore-d’Acton compte 28 pompiers volontaires, incluant la direction, qui répondent en moyenne à 90 appels de secours par année, qu’il s’agisse d’incendie, de désincarcération ou de sauvetage nautique.